Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 10:22

Richard Ferrand espère finaliser la liste pour les législatives avant la fin de la semaine. © Tristan Reynaud/SIPA
Richard Ferrand espère finaliser la liste pour les législatives avant la fin de la semaine. © Tristan Reynaud/SIPA

 

Elections. Richard Ferrand, le secrétaire général d'En Marche !, a annoncé lundi matin que ses candidats à la députation seraient connus avant la fin de la semaine, alors que PS et LR ont choisi les leurs il y a longtemps

Après des mois de tergiversations, En Marche ! commence -enfin- à s'intéresser aux législatives. Alors que le PS et Les Républicains connaissent depuis longtemps les noms de leurs candidats pour les législatives, la liste d'Emmanuel Macron tarde à se faire connaître.

Selon Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement interrogé lundi sur Europe 1, les noms devraient être fixés définitivement “avant la fin de la semaine”. Il serait temps : le 1er tour aura lieu dans quatre semaines à peine.

Une annonce tardive qui laisse planer un risque de “bad buzz”

Ce retard à l'allumage peut légitimement surprendre : les élections législatives sont capitales pour former un gouvernement, assurer au futur Président qu'il pourra mener la politique qu'il souhaite, mais aussi mettre la main sur les deniers publics permettant d'animer la vie d'un parti.

Dans le cas d'En Marche !, ce retard à l'allumage tient au fait que le parti était encore inexistant il y a neuf mois et que les appels pour trouver 577 candidats n'ont été lancés que mi-janvier.
Pour rattraper son retard, En Marche va maintenant devoir mettre les bouchées doubles pour valider les candidatures. Au risque de commettre des impairs ? Emmanuel Macron a clairement fait savoir qu'il souhaitait que la moitié de “ses” candidats soient issus de la vie civile.
Des inconnus de la scène politique, donc, dont il faut contrôler les antécédents soigneusement sous peine d'enchaîner les “bad buzz” et d'être laminé dans les urnes.
 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS