Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 12:08

Enquête. Alors que Richard Ferrand ne cesse de répéter qu’il n’est “pas partie à l’affaire”, et qu’il n’a aucun lien matrimonial avec Sandrine Doucen, Mediapart révèle au contraire que le ministre est pacsé avec sa compagne depuis janvier 2014.

Richard Ferrand a tout fait pour éteindre l’incendie, mais rien n’y fait. L’affaire qui porte désormais son nom lui colle toujours aux basques.

Le ministre de la Cohésion des territoires, soupçonné d’avoir mis en place un juteux montage financier au profit de sa compagne lorsqu’il était directeur général des Mutuelles de Bretagne, s’embrouille un peu plus dans sa ligne de défense. Devant les caméras de BFM TV, il explique ainsi, reprenant un argumentaire filloniste décrié pendant toute la campagne présidentielle, que seul le suffrage universel est légitime pour décider s’il doit démissionner ou non de son ministère. Pire, l’ancien socialiste va jusqu’à mentir clairement pour se dédouaner des torts qui lui sont reprochés.

“On peut se séparer demain, chacun gardera ses biens”

“Je ne suis pas partie à l’affaire” insiste-t-il quand on le questionne sur cette question. “Je ne suis ni marié ni pacsé avec Sandrine Doucen. Nous ne vivons pas sous le régime matrimonial. Nous n’avons pas de patrimoine commun. On peut se séparer demain, chacun gardera ses biens”. 

Des affirmations sans ambiguïté qui ont été démenties par Mediapart. Le site d’information s’étonne ainsi de “découvrir, en feuilletant les statuts de la SCI mis à jour en février 2017, qu'un Pacs aurait été conclu entre Richard Ferrand et sa compagne en janvier 2014”.

Les enquêteurs du journal en ligne se questionnent : “Est-ce une erreur sur le document ? A-t-il été dissous ces derniers mois ? Le ministre a-t-il ‘oublié’ ?” Le cabinet de Ferrand, contacté par Mediapart, se borne à préciser que le Pacs existe bel et bien, mais que ce n’était pas le cas en 2011 au moment de l’acquisition. Et enfonce le clou en ajoutant que le “pacte civil de solidarité ‘n'induit rien en termes de partage de patrimoine’”.

La fille du couple impliquée dans l’affaire

Mais comment expliquer, si l’existence d’un Pacs  ne pose aucun problème, ni légal, ni moral, cet “oubli” récurrent du bras droit d’Emmanuel Macron à mentionner son existence ? Ce lundi, c’était encore la directrice générale des Mutuelles de Bretagne, sa remplaçante donc, qui évoquait l’absence de “lien juridique ou patrimonial” entre Richard Ferrand et Sandrine Doucen.

Sa ligne de défense occulte également l’implication dans cet imbroglio de la fille du couple (âgée de seulement 13 ans !), qui s’est portée acquéreur en février dernier de la part de la SCI qui n’était pas encore détenue par sa mère.
Elle réalisait ainsi une belle opération, puisque la valeur de cette part était passée en six ans de 1 euro à 3 045,95 euros. Devant le notaire, précise Mediapart, l’adolescente est représentée par sa mère et son père, “agissant en tant qu’administrateurs légaux des biens de mademoiselle”.
 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS