Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/10/2015

 

 

 

2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 17:04

Les usines qui emploient beaucoup de main d'oeuvre, en Asie notamment, pourraient être les premières affectées. © Vincent Yu/AP/SIPA
Les usines qui emploient beaucoup de main d'oeuvre, en Asie notamment, pourraient être les premières affectées. © Vincent Yu/AP/SIPA

 

Chômage. Le président de la banque mondiale estime que la généralisation des robots va faire disparaître beaucoup d'emplois dans le monde.

Aurons-nous encore un travail demain ? Selon le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, la très vaste majorité des emplois d'aujourd'hui sont amenés à disparaître avec la généralisation des robots et l'automatisation des usines. “Nous estimons que les deux tiers des postes qui existent aujourd'hui dans les pays développés seront détruits par l'automatisation”, a-t-il déclaré lundi lors d'une conférence à Los Angeles.

En Chine, 77 % de la population sans emploi

Qui seront les premiers touchés par cette robotisation de l'économie ? A en croire M. Kim, ce ne sont pas les pays les plus développés, mais ceux dont l'économie repose sur une main d'œuvre à bas coût et qui bénéficient aujourd'hui des délocalisations d'usines. Le président de la Banque Mondiale cite par exemple l'Ethiopie, qui pourrait voir l'emploi diminuer de 85 %, la Chine, où 77 % des jobs pourraient être supprimés, ou encore la Thaïlande, dont 72 % de la population pourrait se retrouver sans activité.

 

Cette révolution industrielle n'est pas sans risques : selon Jim Yong Kim, l'automatisation pourrait inciter des entreprises occidentales à rapatrier dans leur pays d'origine leurs unités de production afin de mieux contrôler la qualité de la production.

Mais voir les usines et les emplois se “relocaliser” pourrait être source de graves tensions dans les pays les plus fragiles. “Personne ne peut prédire l'impact qu'aura le changement technologique dans les décennies à venir”, expliquait la Banque mondiale dans un rapport l'an dernier.

“Ce qui est clair, en revanche, c'est que les décideurs politiques sont engagés dans une course contre la montre.”

 

SOURCE

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS