Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 17:23

Emmanuel Macron. Photo © Michel Euler/AP/SIPA Tribune libre. En réponse à une tribune publiée par nos confrères de  l'Opinion par des jeunes cadres LR et appelant à voter Macron, plus de 150 jeunes élus et cadres des Républicains refusent la consigne de vote en faveur d'Emmanuel Macron. Tribune libre.

Au soir du 23 avril, le premier coup de massue tombe : avec 20% des suffrages exprimés, François Fillon ne sera pas qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle.

Mais dans les heures qui suivent, il y a pire que la défaite : une vague d’élus Les Républicains a appelé à voter Emmanuel Macron. Certains vont jusqu'à se précipiter dans ses bras, expliquant que son projet propose une « réforme profonde » ou encore qu’il doit « intégrer dans son projet des propositions des réformistes de droite ».

Depuis dimanche soir, nous ne comptons plus les militants et sympathisants de notre parti qui se refusent à voter Emmanuel Macron.

Ce refus, la plupart des ténors de notre parti ne l’entendent pas. Il est pourtant bien présent et tout à fait compréhensible : comment, après avoir fait campagne contre Emmanuel Macron pendant des mois, pourrions-nous glisser un bulletin à son nom, dans l’urne, le 7 mai prochain ?

Pire encore : ces ténors ont, pour certains d’entre eux, eux-mêmes fait campagne contre Emmanuel Macron. Les Français n’acceptent plus les consignes de votes, encore moins quand elles sont en totale contradiction avec le message que nous, militants de droite, portons depuis des mois. Comme le rappelle Bruno Retailleau, « il est hors de question (...) de se fondre dans un magma informe ». Comme lui, « [notre] ligne n’est pas celle d’Emmanuel Macron ».

Nous ne pouvons donc pas accepter que, dans notre propre famille politique, certains s’attaquent à ceux qui se refusent à voter en faveur d’Emmanuel Macron. Nous avons le droit de considérer qu’il n’est pas la bonne solution, sans avoir à craindre d’être exclus de notre propre famille politique, comme le demande Christian Estrosi. La déferlante d’attaques reçues par certains membres des Républicains n’est pas acceptable dans un grand parti comme le nôtre, portant, depuis toujours, différents courants de la droite et du centre.

Laurent Wauquiez soulève d’ailleurs, encore une fois, une question de cohérence sur le vote en faveur d’Emmanuel Macron : « À l'élection présidentielle on appellerait tous à voter pour Emmanuel Macron et ensuite aux législatives on dirait qu’on appelle à faire barrage aux candidats d'Emmanuel Macron ? ».
Nous ne devons donc pas coopérer ou contribuer à la victoire d’Emmanuel Macron. Nous devons nous opposer pour cohabiter avec une légitimité que nous donneront les élections législatives.

Par cohérence avec notre action militante, nous nous refusons à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle. Nous nous refusons également à donner une quelconque consigne de vote : encore une fois, les Français se refusent à les suivre et ils doivent rester pleinement libres de leur vote.

Les mots d’Eric Ciotti, dès dimanche soir, étaient clairs : « J’appelle dès maintenant notre famille politique à se rassembler pour les élections législatives ».
L’objectif est donc maintenant celui des élections législatives, les 11 et 18 juin. A défaut de présider, la droite et le centre peuvent gouverner. Nous devons donc nous mobiliser pour les faire gagner !

 

SOURCE

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS