Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 12:52

 

 

Budget de l'Etat. Selon un rapport de la Cour des comptes qui doit être rendu public jeudi, les objectifs de réduction du déficit sont encore loin d'être atteints.

Respecter les règles européennes en matière de déficit s'annonce d'ores et déjà un casse-tête pour Emmanuel Macron. Alors que François Hollande avait assuré qu'il ramènerait le déficit public sous la barre des 3 % fixée par les traités européens, le Canard enchaîné révèle dans son édition de mercredi que celle-ci sera difficile à atteindre.

L'audit des finances publiques commandé à la Cour des comptes, qui doit être remis jeudi à Emmanuel Macron, devrait en effet faire ressortir un trou de 9 milliards d'euros cette année, et même de 17 milliards l'année prochaine. Selon les calculs de l'agence Reuters, cela établirait le déficit à 3,2 % du PIB.

 

Des économies pour tout le monde

Pour tenir les promesses faites à Bruxelles, le gouvernement va donc devoir réfléchir à de nouvelles économies… Et quelques astuces. La première d'entre elles pourrait consister à ne pas ramener le déficit à 2,8 %, mais plutôt juste en-dessous de 3 %. Cela réduirait de moitié l'effort à fournir, qui ne serait plus que de 4 à 5 milliards d'euros au lieu de 9.

Viendra ensuite le coup de rabot, dont Bruno Le Maire a déjà averti qu'il n'épargnerait pas grand monde : “On ne va pas passer le rabot sur un ministère ou un autre. Il faut que l'Etat, les collectivités locales, les dépenses sociales, chacun fasse l'effort”, a-t-il déclaré sur TF1.

Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances de François Hollande, réfute de son côté l'image des comptes publics présentée par la Cour des comptes. Selon lui, le dérapage du déficit avait été anticipé dès le mois de février, et des mesures d'économies supplémentaires avaient alors été prises afin de compenser. Un gel des crédits qui, à l'écouter, n'aurait pas été pris en compte par les magistrats de la Cour des comptes.

 

source

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS