Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 20:12

 

 

 

 

Le chômage a augmenté en mai : le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a atteint en métropole 3,49 millions de personnes. Le gouvernement ne commentera pas ces mauvais chiffres et rappelle qu'il veut aller «vite» dans les réformes.

Pôle emploi a enregistré une hausse du nombre de chômeurs sur ses listes à fin mai, premier mois du quinquennat d'Emmanuel Macron, qui table notamment sur une réforme rapide du code du travail pour améliorer la situation.

Le nombre d’inscrits sans aucun emploi en mai en métropole a augmenté en mai de 22 300 personnes par rapport à avril, soit une hausse de 0,6%. Ils étaient 3,49 millions.

En prenant en compte l'Outre-mer, le nombre de chômeurs augmente également de 0,6%, à 3,75 millions (-0,7% sur un an).

La dégradation des chiffres entre avril et mai concerne tous les âges : les moins de 25 ans (+0,3% sur un mois, mais -6,1% sur un an); les 50 ans et plus (+0,5%, +3,3%).

Le nombre des demandeurs d'emploi de longue durée, c'est-à-dire inscrits depuis plus d'un an, s'est établi à 2,44 millions, également en hausse par rapport à avril (+1%), mais en baisse sur un an (-0,4%).

Si on ajoute les personnes en recherche d'emploi mais exerçant une petite activité (chiffre totalisant les catégories A, B et C), la situation se dégrade tant sur un mois (+0,5%) que sur un an (+2,3%). Ils étaient 5,56 millions en métropole et 5,86 millions en prenant en compte l'Outre-mer.

La CGT a souligné que «non seulement le chômage ne baisse pas, mais les catégories de travailleurs précaires ne cessent d’augmenter». «Et le code du travail n'y est pour rien», a renchéri Force ouvrière.

Les nouveaux chiffres du chômage n'ont donné lieu à aucun commentaire de la part du gouvernement.

À l'inverse de ses prédécesseurs, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a décidé en effet de ne plus s'exprimer sur cet indicateur mensuel de Pôle emploi. Selon elle, il «ne reflète pas bien l'évolution du marché du travail» car il «peut être affecté, chaque mois, par différents événements de nature administrative».

Une réforme du code du travail à vitesse grand V ?

Muriel Pénicaud n'avait pas davantage commenté le 20 juin les prévisions optimistes de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) sur le chômage, des chiffres considérés comme une référence puisqu'ils reprennent les normes du Bureau international du travail (BIT).

Pour le MEDEF , la hausse du chômage «montre qu'il faut continuer résolument la baisse de charges engagée par le pacte de responsabilité, et enclencher sans plus tarder les réformes structurelles», à commencer par celle du code du travail.

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS