Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 16:38

Et qui risque fort de dégager à son tour du gouvernement ? Suivez leur regard… Des perquisitions ont été menées ce mardi 20 juin au siège de Business France dans le cadre de l'enquête sur l'organisation d'un déplacement en 2016 à Las Vegas d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie. Or, c'est sa ministre actuelle du Travail, Muriel Pénicaud, qui dirigeait l'agence à l'époque.

Jamais deux sans trois. Alors que le remaniement en cours du gouvernement d'Edouard Philippe est déjà perturbé par les affaires Richard Ferrand et MoDem, voilà que celle du déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas en janvier 2016, quand il était ministre de l'Economie, rebondit ce mardi 20 juin.

Des perquisitions ont en effet été menées ce mardi matin au siège du groupe publicitaire Havas et de l'agence nationale Business France, dans le cadre de l'enquête préliminaire pour favoritisme ouverte sur ce dossier.

Alors ministre de l'Économie du président Hollande - et pas encore à la tête de son mouvement En Marche -, Emmanuel Macron avait été se faire ovationner le 6 janvier 2016 par plus de 500 personnalités et dirigeants de start-up françaises au Consumer Electronics Show(CES), grand-messe mondiale de l'innovation technologique à Las Vegas.

Selon Le Canard enchaîné, qui avait révélé l'affaire, le coût de cette fameuse soirée aurait atteint 381.759 euros, dont 100.000 euros pour les seuls frais d'hôtel.

Et Business France, organisme dépendant de Bercy chargé de l'aide au développement international des entreprises françaises, avait confié l'organisation de cette petite sauterie au géant Havas, sans avoir recours à un appel d'offres pourtant obligatoire. Résultat : le parquet de Paris a ouvert mi-mars une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel de favoritisme.

Et que disait, en mars justement, l'entourage d'Emmanuel Macron sur ce dossier ? Que ce n'est "en aucun cas une affaire Macron. C'est une affaire Business France". Or, qui dirigeait à l'époque cet organisme dépendant de Bercy, chargé de l'aide au développement international des entreprises françaises ? Eh bien c'était… l'actuelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Emmanuel Macron, son cabinet et le ministère de l'Économie "sont totalement hors de cause", avait appuyé le 8 mars le successeur de Macron à Bercy, Michel Sapin, relevant dans cette affaire "un dysfonctionnement de Business France". 

L'organisme a d'ailleurs reconnu sa responsabilité, en admettant que"le choix d'un prestataire capable de prendre en charge l'organisation de l'événement aux US et les actions de communication associées (...) avaient été faits selon une procédure pouvant potentiellement être affectée d'irrégularité".

(...)

source

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS