Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 22:41

Enfance en danger à protéger, ou enfance dangereuse à surveiller? Ou inextricable mélange des deux?

De tous les défis du terrorisme islamiste, le retour dans l’Hexagone des mineurs des zones contrôlées par Daech est l’un des plus délicats. Pour le procureur de la République de Paris, François Molins, «ces enfants constituent des bombes à retardement».

On compte près de 460 mineurs, français ou dont les parents résidaient en France, présents dans la zone syro-irakienne, dont plus de la moitié âgée de moins de 6 ans et un tiers né sur place.

Moins d’une trentaine sont déjà revenus. La quasi-totalité a été placée en familles d’accueil et aucun n’a été poursuivi pénalement. Pour ceux qui sont encore là-bas, confie un spécialiste de l’antiterrorisme, «certains sont potentiellement dangereux même si ce sont aussi des victimes de Daech. La crainte est de “passer au travers”. Il faut donc tout filtrer, savoir qui rentre, qui ne rentre pas et ce qu’ils ont fait là-bas».

La propagande de Daech, glorifiant les enfants martyrs, et les récits de mineurs sortis de ses camps en témoigne: des «lionceaux du califat», qui peuvent avoir une dizaine d’années, meurent dans des attentats suicides, combattent et tuent. Ils sont syriens, irakiens mais viennent aussi d’Asie du Sud-Est, du Maghreb, du Moyen-Orient ou d’Occident. Une petite vingtaine de jeunes combattants français sont identifiés et plusieurs auraient trouvé la mort.

Pourtant, la totalité des mineurs rapatriables ne sauraient être décrits comme des fanatiques prêts à semer la mort sur notre sol. C’est le cas des plus jeunes, mais pas uniquement. Pour eux, l’option pénale ne convient pas. Quels que soient leurs profils, ces enfants partagent un passé marqué par une extrême violence et par une propagande incessante, souvent reprise par leurs propres parents. […]

Le Figaro

via http://www.fdesouche.com/860239-que-faire-des-enfants-soldats-de-letat-islamique-de-retour-en-france

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS