Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 16:13

Le système d'alerte attentat français est "obsolète, défaillant et contestable", affirme un rapport sénatorial. L'application mobile est pointée du doigt.

Le système d'alerte attentats en France est dans un état déplorable. C'est ce qu'affirme un rapport sénatorial qui doit être publié lundi, et que Le Monde a pu consulter.

Dans ce rapport, le sénateur de la Sarthe Jean-Pierre Vogel (LR), expert en sécurité civile, affirme que le système national d'alerte de la population en cas d'événement grave (SAIP) est "obsolète, défaillant et contestable".

Il pointe les inquiétudes concernant les retards de la France en la matière, dans un contexte où le risque terroriste reste très élevé.

L'application Alerte attentat jugée peu efficace

Le rapporte critique notamment l'application Alerte attentat, développée après les attentats du 13 novembre 2015 et lancée à l'occasion de l'Euro de football 2016.

Son efficacité, d'abord, est remise en cause : elle n'a été téléchargée que par 900 000 personnes, alors qu'il faudrait un seuil minimal de 5 millions d’utilisateurs "pour qu’une masse critique" permettant d’alerter correctement sur une zone de danger précise soit atteinte, estime le rapport.

Elle n'a été activée que deux fois, et a montré ses limites, notamment lors de l'attentat de Nice le 14 juillet 2016, où le message d'alerte est arrivé deux heures plus tard en raison de problèmes informatiques. À Paris, elle a été déclenchée pour une prise d'otages... qui était un canular.

Un système d'alerte très coûteux

Selon le sénateur, la décision-même de développer cette application au détriment d'un système d'alerte par SMS, le "Cell Broadcast", qui a fait ses preuves dans d'autres pays, est une erreur.

Le "Cell Broadcast" permet de toucher une plus large partie de la population, car il ne nécessite pas de téléchargement. Mais il a été délaissé par les pouvoirs publics en raison de son coût.

L'application n'a coûté que 300 000 euros, alors que l'adaptation des équipements téléphoniques et du réseau 4G que nécessite le "Cell Broadcast" aurait coûté des dizaines de millions d'euros au ministère de l'Intérieur.

Les fonds du SAIP sont par ailleurs engloutis dans la modernisation du Réseau national d'alerte (RNA), un vieux parc de sirènes mis en place après la Seconde Guerre mondiale, dont les travaux doivent durer jusqu'en 2022. L'augmentation du nombre de sirènes de 2 800 à 5 800 coûte 81,5 millions d'euros.

En réponse à ce rapport, le ministère de l'Intérieur a affirmé qu'une évaluation de l'application d'Alerte attentat était prévue. Des pistes sont à l'étude pour "identifier les voies de diffusion de l'alerte et de l'information les plus efficaces".

 

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS