Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 19:19

Le gouvernement d'Edouard Philippe présentera jeudi son premier projet de budget de la Sécurité sociale pour 2018. Voici ce qui va changer pour vous.

Délicat exercice pour le gouvernement d'Edouard Philippe : concilier, pour le premier projet de budget de la Sécurité sociale du quinquennat d'Emmanuel Macron, présenté jeudi, dépenses de santé croissantes, revalorisations des minima sociaux, et promesse d'un retour à l'équilibre en 2020.

En 2017, le déficit de la Sécurité sociale devrait être de 4,2 milliards d'euros selon les prévisions, son plus bas niveau depuis 2001. Le candidat Macron avait promis d'économiser 15 milliards d'euros dans le domaine de la santé. Côté recettes, il pourra notamment compter sur la hausse des prix à l'hôpital.

 

Le séjour à l'hôpital coûtera plus cher en 2018

Comme annoncé dans le JDD dimanche, le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) inclura une augmentation du forfait journalier, "pour rattraper l'inflation", a confirmé mardi la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Selon nos informations, le forfait hospitalier passera de 18 à 20 euros par jour (ce que la ministre a refusé de confirmer), après avoir été revu deux fois à la hausse depuis 2007. Étant pris en charge par les mutuelles, le représentant de ces dernières a annoncé que cette décision augmenterait le prix des mutuelles : "Quand les dépenses des mutuelles augmentent, ce sont les dépenses des Français qui augmentent" et "leurs cotisations", a déclaré Thierry Beaudet, président de la Mutualité française.

Les hôpitaux mis à contribution

Dans son rapport annuel "Charges et produits", présenté en juin, l'Assurance maladie tablait sur un développement de l'ambulatoire : les hospitalisations risquent d'être moins nombreuses, et les soins en ville privilégiés. 2 milliards d'euros en tout devraient être économiser, aussi en valorisant l'utilisation des médicaments génériques et biosimilaires ou en luttant contre les "fraudes et abus".

Enfin, un changement de financement des hôpitaux, aujourd'hui payés à l'acte, sera également expérimenté avec la mise en place de forfaits.

"Ces réductions ont pour conséquence fermetures de lits par centaines, retards de prises en charge, embouteillages aux urgences...", ont récemment dénoncé plus de 400 médecins hospitaliers de quelque 25 établissements publics de santé d'Auvergne-Rhône-Alpes dans une lettre à la ministre de la Santé.

 

source

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS