Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 20:53

La Cour suprême des Etats-Unis vient de donner raison au Président Trump sur l’interdiction de voyager. Elle a rejeté une décision de la Cour d’appel qui avait bloqué l’interdiction d’entrée qui visait plusieurs pays à majorité musulmane n’ayant plus de gouvernement fonctionnel.

Dans une ordonnance d’une page, le tribunal a statué dans l’une des deux affaires pendantes devant les neuf juges sur l’interdiction de voyager imposée par Trump, une affaire du Maryland intentée par l’American Civil Liberties Union.

Les juges de la Cour suprême ont été unanimes y compris l’un des juges très à gauche, Sonia Sotomayor, qui a cependant noté qu’elle n’aurait pas annulé la décision de la cour d’appel.

Les juges avaient prévu d’entendre les arguments dans l’affaire mardi, mais l’ont tout simplement retirée du calendrier.

L’interdiction concernait l’Iran, la Libye, la Syrie, le Yémen, la Somalie et le Soudan.

La nouvelle interdiction, qui doit entrer en vigueur le 18 octobre, a retiré le Soudan de la liste, tout en bloquant l’entrée aux États-Unis des ressortissants du Tchad, de Corée du Nord et de certains représentants gouvernementaux du Venezuela.

En juin, la Cour suprême avait accepté de se saisir de l’affaire et avait temporairement autorisé l’interdiction de voyager.

Parmi les questions soulevées, il y avait la question de savoir si l’interdiction de voyager discriminait les musulmans en violation de l’interdiction faite par la Constitution américaine au gouvernement de favoriser ou de défavoriser une religion particulière.

La Cour a donc tranché que l’interdiction est légale et que personne n’est discriminé, puisque les autres pays musulmans ne sont pas concernés.

L’hymne national

« Comme beaucoup de nos fans, nous croyons que tout le monde devrait défendre l’hymne national », a écrit Roger Goodell, le commissaire de la NFL aux présidents de club et aux directeurs généraux de la NFL.

Donald Trump avait vertement critiqué les joueurs qui ont décidé de poser un genou à terre pendant la levée du drapeau américain et l’hymne national au début des matchs de Football. Il avait été traîné dans la boue par les médias, critiqué, insulté, traité de raciste (les joueurs qui protestent sont des noirs). Trump n’avait non seulement pas bougé d’un poil sur ses positions, mais il a doublé la mise.

Le bras de fer a duré près de 2 semaines. Et Trump a fait plier donc déplier les joueurs. L’Amérique, fatiguée des attaques de la politique ethnique de la gauche a été ravie que le Président dise « ça suffit » et se batte pour le drapeau américain. La gauche en est devenue folle, le drapeau étant le symbole de tout ce qui est diabolique : l’Etat, les frontières, le nationalisme, le sens de la patrie, la fierté d’appartenir à un peuple, une civilisation, une culture.

Trump peut savourer sa victoire. Goodell a vu le vent tourner, les sponsors partir, les spectateurs éteindre leur poste, le public siffler les joueurs qui mettaient genou à terre.

Roger Goodell a déclaré aux présidents de clubs :

« C’est un moment important dans notre jeu. Nous voulons honorer notre drapeau et notre pays, et nos fans attendent cela de nous. Nous nous soucions aussi profondément de nos joueurs et respectons leurs opinions et leurs préoccupations concernant les problèmes sociaux. La controverse au sujet de l’hymne est un obstacle à avoir des conversations honnêtes et faire de réels progrès sur les questions sous-jacentes. Nous devons dépasser cette controverse et nous voulons le faire avec nos joueurs. « 

Goodell a ajouté que les propriétaires d’équipes discuteront d’un plan quand ils se rencontreront la semaine prochaine pour faire face à la controverse nationale déclenchée par Donald Trump sur les protestations des joueurs pendant l’hymne national. 

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS