Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 21:54
Paris : prison ferme pour trois mineurs radicalisés

Terrorisme. Selon les informations d’Europe 1 ce lundi, trois adolescents âgés de 14 et 15 ans ont été condamnés la semaine dernière par le tribunal pour enfants de Paris à de la prison ferme pour avoir fomenté un attentat en lien avec Daech, il y a un an.

La justice n’a pas voulu prendre de risques. Trois adolescents, âgés de 14 et 15 ans à peine, ont été condamnés la semaine dernière par le tribunal pour enfants de Paris à des peines de prison ferme, rapporte Europe 1 ce lundi.

Le meneur du groupe passera un an et demi derrière les barreaux, ses deux complices six mois. Nulle arme n’avait été retrouvée lors de leur interpellation, il y a un an. Mais leur projet d’attentat, fomenté à l’aide de Rachid Kassim, un propagandiste français de Daech tué en Irak en février dernier, a été pris au sérieux par les autorités.

Un lien avec les assaillants de Saint-Etienne-du-Rouvray

À l’automne 2016, les enquêteurs mettent la main sur une discussion entre les trois jeunes collégiens et le djihadiste français Rachid Kassim, sur l’application de messagerie cryptée Telegram. Rachid Kassim, un nom connu des autorités, puisqu’il s’agit du prédicateur qui avait convaincu Adel Kermiche et Abdel Malik Nabil Petitjean, tous deux âgés de 19 ans, de passer à l’acte et commettre l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016. Les trois adolescents sont alors arrêtés. Le meneur du trio est placé en détention provisoire, les deux autres encadrés d’éducateurs et de psychiatres 24 heures sur 24.

Les trois adolescents, qui avaient par ailleurs l’habitude de visionner des vidéos d’exactions de l’État islamique, ont eu deux jours, dans le silence du huis clos du tribunal, pour tenter de prouver que ces derniers mois les avaient changés.

Malgré le jeune âge des accusés, la justice a ainsi maintenu des peines de prison ferme. Les “bébés Kassim”, comme ils sont appelés, devront en outre poursuivre leur programme éducatif. Dans son testament publié sur Telegram, Rachid Kassim s'était félicité d'avoir incité au “djihad de proximité”.

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS