Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

6 décembre 2017 3 06 /12 /décembre /2017 23:51

La Suède a proposé d’interdire l’utilisation publique du moteur de recherche de documents juridiques Lexbase, qui sert à identifier les origines ethniques des suspects de droit commun en Suède.


Selon le gouvernement suédois, les données publiées par le site Web sont trop sensibles pour le public et devraient être limitées uniquement aux professionnels comme les avocats, les journalistes et les chercheurs. Auparavant, le site était protégé en vertu de la loi suédoise sur la liberté d’expression, mais la nouvelle législation pourrait limiter les données qu’ils sont autorisés à publier, rapporte Dagens Industri .

Dans un communiqué publié sur leur site Internet, Lexbase a écrit: « Le droit de lire ces documents publics facilement via Lexbase sera, si la proposition est adoptée, réservé aux professionnels, tels que les avocats, les journalistes et diverses entreprises. »

Alors que le ministre de la Justice Morgan Johansson a déclaré que l’activité journalistique ne serait pas affectée, il a laissé la définition de ce qui constitue «l’activité journalistique» ouverte à la question.

Pendant de nombreuses années, le gouvernement suédois a cessé de collecter des statistiques sur les antécédents ethniques ou religieux des criminels, ce qui rend difficile le suivi du taux de criminalité des migrants par les chercheurs, contrairement aux crimes commis par des Suédois.

Certains, comme l’agent de police Peter Springare, ont affirmé que la majorité des crimes graves sont commis par des migrants ou des personnes issues de l’immigration. D’autres ont utilisé des demandes d’accès à l’information pour examiner les crimes au cas par cas et suivre le taux d’infractions commises par des criminels nés à l’étranger.

Un projet de recherche a tenté de se pencher uniquement sur les cas de viols collectifs en Suède et a découvert, en examinant les documents judiciaires, que neuf viols collectifs sur dix avaient été commis par des demandeurs d’asile et des personnes issues de l’ immigration.

Breitbart

 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS