Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

28 décembre 2017 4 28 /12 /décembre /2017 13:53

 

Plusieurs membres français de l’Etat islamique ont été interpellés mi-décembre par le YPG. Parmi eux, Thomas Barnouin, un Albigeois proche des frères Clain et de Mohammed Merah.
Le djihadiste français Thomas Barnouin a été interpellé par les forces kurdes en Syrie, a révélé mercredi TF1-LCI. Ce djihadiste de 36 ans originaire d’Albi est considéré comme l’une des figures de la « filière de Toulouse-Artigat », d’où sont isssus Mohammed Merah, ainsi que Fabien et Jean-Michel Clain, les frères qui ont revendiqué les attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

Ce « cadre djihadiste » a été arrêté « le 17 décembre dernier par la branche militaire du YPG, l’unité de protection du peuple kurde, dans la région d’Hassaké, non loin de la frontière irakienne », affirme TF1-LCI. Le leader salafiste aurait été capturé en compagnie de deux autres Français convertis : Romain Garnier, 33 ans, et Thomas Collange. Franceinfo affirme que le groupe intercepté comprenait au total «huit djihadistes présumés partis de France ». Une source proche du dossier confirme à l’AFP l’arrestation de plusieurs djihadistes français, sans en préciser le nombre.

Ils encourent la peine de mort

Thomas Barnouin, fils de deux enseignants, se serait radicalisé au début des années 2000, au contact des membres de la cellule d’Artigat, ce petit hameau ariégeois où l’« émir » Olivier Corel, un franco-syrien, accueillait de jeunes islamistes. En 2006, il avait déjà été intercepté sur la route de l’Irak avec une autre figure du jihadisme français, Sabri Essid. Il avait été condamné en 2009 à cinq ans de prison, dont un avec sursis, pour avoir dirigé une filière de recrutement djihadiste dans la région de Toulouse. Il serait parti en Syrie dès sa libération, en 2014.

Barnouin, visé par un mandat de recherche délivré par la France, et les autres ressortissants français arrêtés par le YPG encourent la peine de mort en Syrie.

Selon le gouvernement français, environ 1700 Français sont partis rejoindre les zones jihadistes irako-syriennes à partir de 2014. Sur ce total, au moins 278 sont morts et 302 sont revenus en France (244 adultes et 58 mineurs). Les autorités estiment qu’environ 700 adultes français et 500 mineurs se trouvent toujours dans la zone syro-irakienne.

Source : Leparisien.fr

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS