Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

31 janvier 2018 3 31 /01 /janvier /2018 22:10

La perspective d’une entrée dans l’Union européenne est promise depuis longtemps à cinq pays balkaniques, dont le Kosovo, mais l’Espagne, qui ne le reconnaît toujours pas, a déclaré à Bruxelles s’opposer résolument à l’inclusion de Pristina à tout processus d’élargissement de l’UE à cette région. Sputnik s’en est entretenu avec des experts.

Bruxelles a signé avec le Kosovo un protocole de stabilisation et d'adhésion en violation du protocole officiel qui prévoit notamment la ratification dudit document par tous les États membres de l'Union européenne, et l'attitude de Madrid risque d'aggraver encore plus les relations déjà étranges entre l'UE et cette province méridionale de la Serbie, a rappelé à Sputnik Dejan Mirovic, spécialiste serbe du droit international.

«Il est évident que cinq pays de l'UE [Chypre, Espagne, Grèce, Roumanie et Slovaquie, ndlr] ne reconnaissent pas le Kosovo, mais Bruxelles ne peut mener des négociations d'adhésion qu'avec les États», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que l'UE s'était retrouvée dans une impasse, conséquence de sa politique du «deux poids, deux mesures» pratiquée à l'égard de la Serbie.

«La situation est plus qu'incroyable. Une partie de l'UE mène des négociations, alors que l'autre les bloque. Cela ne fait que prouver une fois de plus que le Kosovo est un projet inconsistant de l'UE», a résumé M.Mirovic.

Un autre interlocuteur de Sputnik, le politologue serbe Aleksandar Stojanovic, a estimé que la démarche de l'Espagne, éprouvée par la récente crise catalane, s'expliquait sans doute par le désir de sauvegarder sa propre intégrité.

«Quoi qu'il en soit, Madrid déclare haut et fort sa position explicite qui signifie que le Kosovo n'est pas un État. Si on y ajoute que certains pays sont revenus sur leur reconnaissance de l'indépendance du Kosovo, on constatera que la République autoproclamée est effectivement confrontée à des problèmes», a conclu M.Stojanovic.

Placée sous administration de l'Onu en 1999, la province du Kosovo, historiquement serbe mais peuplée majoritairement d'Albanais, a proclamé son indépendance vis-à-vis de Belgrade en 2008. Ce statut n'est cependant pas reconnu par 35 pays, dont la Russie, la Chine et l'Espagne.

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS