Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

2 février 2018 5 02 /02 /février /2018 13:06
Interpol fait circuler la liste des combattants présumés d’Isis soupçonnés d’être en Italie

Interpol a diffusé une liste de 50 combattants présumés de l’État islamique qui, selon elle, sont récemment arrivés en Italie par bateau, et tentent peut-être d’atteindre d’autres pays européens.

La liste, obtenue par le Guardian, a été rédigée par le secrétariat général de l’organisation internationale de police. Il a été envoyé le 29 novembre au ministère italien de l’Intérieur, qui l’a ensuite distribué aux agences nationales antiterroristes d’Europe.

Les suspects répertoriés sont tous des ressortissants tunisiens, dont certains ont été identifiés par les autorités lorsqu’ils ont atterri en Italie. Le document montre leurs prénoms, noms et dates de naissance.

Environ 5 500 Tunisiens auraient voyagé sur le territoire d’Isis en Syrie et en Irak pour se battre pour le groupe terroriste, selon les estimations de l’ONU – plus que tout autre pays. Maintenant, après l’effondrement de son «califat», les gouvernements ont exprimé leur inquiétude que les anciens combattants puissent tenter de monter des attaques en Europe.

Quatre des combattants présumés d’Isis sur la liste d’Interpol sont déjà connus des agences de renseignement européennes. L’un d’entre eux « a peut-être déjà traversé la frontière italo-française, pour atteindre le Gard, département du sud de la France, en Occitanie », indique l’agence.

« Selon les informations obtenues dans le domaine de la coopération internationale, les citoyens tunisiens sont liés à Isis / Daesh et auraient atteint l’Europe à bord de bateaux non identifiés », a-t-il ajouté.

En juillet dernier, le Guardian a obtenu une liste d’Interpol de 173 combattants présumés de l’État islamique, qui, selon l’agence, aurait pu être entraînée à monter des attaques en Europe, pour se venger des défaites militaires du groupe au Moyen-Orient.

«Interpol envoie régulièrement des alertes et des mises à jour à ses bureaux centraux nationaux (BCN) sur les terroristes et les criminels recherchés via le réseau de communication policière sécurisé de l’agence», a déclaré un porte-parole d’Interpol au Guardian à l’époque.

Un officier antiterroriste européen a déclaré au Guardian que les Tunisiens figurant sur la liste la plus récente seraient arrivés en Sicile entre juillet et octobre 2017 à bord de bateaux de pêche ou de petits bateaux abandonnés sur la plage.

La plage de Torre Salsa à Agrigente est récemment devenue l’un des points de débarquement les plus populaires pour les migrants tunisiens qui tentent d’atteindre l’Europe. La plupart partent de Ben Guerdane, une ville tunisienne à la frontière avec la Libye, où Isis a affronté l’armée tunisienne en 2016, tuant au moins 28 personnes.

Les Tunisiens, dont beaucoup sont des migrants économiques , sont entassés sur les petits bateaux et débarquent principalement sur la plage la nuit, 20 ou 30 à la fois. Les groupes disparaissent dans la campagne, à quelques kilomètres de la côte, évitant les garde-côtes italiens et les contrôles de police.

Les autorités locales appellent ces arrivées «atterrissages fantômes» et pensent que plus de 3 000 Tunisiens ont atterri secrètement sur la côte d’Agrigente depuis juillet. Parmi ceux-ci, la police a réussi à bloquer et à identifier seulement 400 personnes.

Luigi Patronaggio, le procureur en chef d’Agrigento, a déclaré que « les enquêteurs ne peuvent pas exclure que, derrière ces voyages de fantômes, ils puissent être des loyalistes djihadistes cachés parmi les personnes qui voyagent en Sicile ».

Depuis octobre, le gouvernement italien met en œuvre une stratégie antiterroriste, en utilisant des patrouilles navales pour empêcher les «atterrissages fantômes» le long de la côte sicilienne.

« Nous ne savons pas ce qu’ils faisaient avant d’arriver ici, nous ne savons pas qui ils sont et où ils se trouvaient avant leur arrivée en Sicile », a déclaré Salvatore Vella, procureur d’Agrigente et responsable des enquêtes, au Guardian. « Certainement, il y a ceux qui ne veulent pas être identifiés. Ils ne veulent pas que leurs empreintes soient enregistrées … Pour cette raison, si vous êtes terroriste, atterrir illégalement à Agrigente est le moyen le plus sûr d’arriver en Europe.  »

Vella dit que les bateaux qui arrivent de Tunisie sont très différents des bateaux utilisés par les passeurs libyens. « Les bateaux avec lesquels ils voyagent n’ont rien à voir avec les bateaux de migrants en train de s’écrouler venant de Libye », a-t-il dit. « Les Tunisiens arrivent avec d’excellents bateaux, solides et navigués par des experts qui connaissent bien la mer. »

Selon les données du ministère italien de l’Intérieur, plus de 5 500 Tunisiens sont arrivés et ont été identifiés en Italie en 2017. Le pays a rapatrié 2 193 de ces personnes, via des vols bihebdomadaires depuis Palerme.

Beaucoup d’arrivées tunisiennes sont classées par les autorités italiennes comme des migrants économiques et sont forcées, au moins sur papier, de quitter le pays dans les sept jours.

Chaque année, l’Italie dépense environ 3,5 millions d’euros pour les rapatriements vers la Tunisie, mais les autorités ont du mal à envoyer leurs arrivées dans les sept jours. En conséquence, beaucoup restent dans les centres de rapatriement pendant des mois et fuient souvent vers le nord.

En décembre 2016, le Tunisien Anis Amri, 24 ans, a tué 12 personnes et en a blessé 56 de plus quand il a conduit un camion dans la foule sur un marché de Noël à Berlin. Cinq ans plus tôt, Amri avait payé pour un voyage illégal en bateau vers l’ Europe , arrivant d’abord sur l’île italienne de Lampedusa.

Après avoir passé plusieurs mois dans six prisons siciliennes pour agression aggravée, où il aurait été radicalisé, il s’est échappé après avoir reçu un ordre d’expulsion. Il a atteint l’Allemagne où, malgré la surveillance, il a lancé l’attaque meurtrière au nom d’Isis. Il a été tué à un poste de contrôle de la police trois jours plus tard.

Source : Theguardian.com

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS