Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

4 mars 2018 7 04 /03 /mars /2018 18:27
Paris. Un budget total de 9,5 Mds€, une dette de 5,5 Mds€ : une situation «saine», défend la Ville

Elu conseiller de Paris (PS) le 30 mars 2014, Emmanuel Grégoire est nommé adjoint de la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo en charge des ressources humaines un mois plus tard. Depuis le 6 octobre dernier, il a pris les fonctions d’adjoint au budget. Il nous explique aujourd’hui la politique de la dette de la Ville de Paris, qui s’élève à 5,5 Mds€ pour un budget total de 9,5 Mds€.

 

La dette va sans doute continuer d’augmenter dans les années à venir… C’est sain.

Le recours à l’emprunt fait tourner les têtes. Est-ce normal pour une Ville comme Paris ?

Oui, c’est un choix de stratégie budgétaire qui a été annoncé de façon transparente au début de mandature et pendant la campagne. Nous mettons en œuvre une politique, liée à un programme de mandature très ambitieux, de rattrapage en matière d’équipements de proximité, de services publics aux Parisiens, déjà largement engagé par Bertrand Delanoë : construction et rénovation des écoles, engagements pour la petite enfance, équipements sportifs, équipements culturels… Une autre partie importante, c’est le logement social qui est la priorité de la mandature, ainsi que la transition écologique notamment pour le développement des mobilités. Tout cela représente 10 Mds€.

Et quelle est la stratégie budgétaire attachée à cette politique d’investissements ?

Le grand principe est la non-augmentation des impôts, ce qui ne nous empêche pas de rechercher d’autres recettes, la gestion rigoureuse du fonctionnement quotidien de la collectivité (les dépenses à caractère général ont ainsi diminué de près de 10 % depuis 2011 alors que le périmètre d’intervention du service public n’a cessé de s’accroître), et le recours maîtrisé à l’emprunt. Paris bénéficie en effet d’un taux d’endettement extrêmement faible au regard des autres collectivités, sans même parler de l’Etat. On en est cette année à 5,5 Mds€ et on sera à environ 6,5 Mds€ à la fin de la mandature.

C’est quand même une progression impressionnante depuis le début de la mandature ?

On s’en fiche de savoir si la dette de Paris est de 5 ou 6 milliards. L’important n’est pas de se focaliser sur le montant brut de la dette. Il faut voir combien cela représente dans le budget global et par habitant, et combien cela représente par rapport aux recettes actuelles et à venir. Et la réalité c’est que Paris a un niveau de dette par habitant de moins de 2 300 €, là où Marseille est à plus de 3 700 € par habitant, Bordeaux à plus de 2 600 € ou Lille à près de 3 800 €*. C’est sain et tout à fait soutenable de recourir à l’endettement, et même responsable compte tenu de la faiblesse des taux d’emprunt. […]

Le Parisien

via http://www.fdesouche.com/964315-paris-budget-total-de-95-mdse-dette-de-55-mdse-situation-saine-defend-ville

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS