Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

14 avril 2018 6 14 /04 /avril /2018 15:14
«Irresponsable», «suivisme», «mépris du droit»: l'opposition dénonce les frappes françaises en Syrie

L’Algérie a dénoncé les bombardement effectués dans la nuit de vendredi à samedi par les forces armées américaines, françaises et britanniques contre la Syrie. Le Premier ministre du pays a déploré que cette attaque ait eu lieu au moment où l’OIAC s’apprêtait à entamer une enquête sur l’attaque chimique présumée à Douma.

L'Algérie regrette les frappes occidentales contre la Syrie et estime qu'il fallait attendre les résultats de l'enquête sur l'attaque chimique présumée à Douma, a déclaré le Premier ministre du pays Ahmed Ouyahia cité par l'agence de presse algérienne TSA.

«L'Algérie ne peut que regretter les frappes qui se sont déroulées cette nuit en Syrie au moment où toute la communauté internationale attendait plutôt l'envoi d'une commission d'enquête pour évaluer où vérifier toutes ces informations relatives à l'usage présumé d'armes chimiques que l'Algérie avait dénoncé», a déclaré M.Ouyahia lors d'une conférence de presse.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites des infrastructures militaires de la Syrie. Les alliés ont tiré plus de 100 missiles (l'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles) dont la plupart ont été abattus à l'approche de leurs objectifs.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a déclaré qu'elle poursuivrait sa mission d'enquête sur l'attaque chimique présumée de Douma qu'elle devait entamer le 14 avril malgré les frappes aériennes occidentales. Ahmad Kasem, chef du Réseau syrien des droits de l'Homme, a toutefois déclaré à Sputnik que cette enquête n'avait plus de sens après les frappes de trois pays occidentaux contre la Syrie.

SOURCE

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS