Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 23:21
Canada : mise en garde contre les migrants en provenance des États-Unis

Alors que le président Trump se rend au Canada pour assister au sommet du G7, les représentants canadiens se dirigent vers le sud pour tenter d’endiguer une vague d’immigrants sans papiers. Dans le cadre de ce qui est devenu une mission de plus en plus régulière, des représentants canadiens se sont rendus aux États-Unis cette semaine pour avertir les immigrants qui craignent la répression de l’immigration du président Trump qu’ils ne peuvent pas simplement se précipiter au nord de la frontière pour trouver un refuge sûr.

Randy Boissonnault, député libéral et conseiller spécial du premier ministre canadien Justin Trudeau, s’est rendu dans le sud de la Floride cette semaine pour tenter de sensibiliser les immigrants potentiels aux limites du système d’immigration canadien.

Au cours de la dernière année, le Canada a connu des vagues d’immigrants basés aux États-Unis qui sont entrés illégalement au Canada, principalement dans la province de Québec, qui borde New York et d’autres États du nord-est des États-Unis.

En août, la Gendarmerie royale du Canada a capturé plus de 5 500 personnes tentant de traverser illégalement des États-Unis. Il s’agissait principalement d’immigrants haïtiens qui perdront bientôt leur statut de protection temporaire dans le cadre de l’élimination progressive du programme TPS par l’administration Trump, qui a protégé plus de 300 000 personnes de pays frappés par la guerre et les catastrophes naturelles.

Seulement 8 % environ de leurs demandes d’asile ont été approuvées, ce qui signifie que la grande majorité d’entre elles ont été rejetées et sont renvoyées directement dans leur pays d’origine.

« Les gens semblent penser que s’ils traversent la frontière, il y a cette terre de lait et de miel de l’autre côté « , a déclaré M. Boissonnault au consulat canadien à Miami jeudi. « Ce que nous voulons, c’est que les gens aient la bonne information. Nous voulons qu’ils fassent ce qu’il faut pour leur famille. »

Les Canadiens ont commencé à visiter les États-Unis l’été dernier, lorsqu’ils ont vu leur nombre d’immigrants illégaux augmenter pour la première fois. Ils ont visité Los Angeles, où vivent de nombreux immigrants mexicains et centraméricains. Et ils ont fait plusieurs voyages dans le quartier Little Haiti de Miami.

Cette semaine, Boissonnault a rencontré des groupes qui travaillent avec une variété d’immigrants dans le sud de la Floride. Il est même allé sur une Radio Caracol, une station de langue espagnole, pour expliquer les réalités de l’immigration en utilisant son meilleur espagnol.

Olga Radchenko, directrice des affaires parlementaires pour le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada, a déclaré que les fonctionnaires de leurs 12 consulats aux États-Unis ont essayé de transmettre le même message. D’ici cet été, le consulat de Miami aura un nouvel agent à temps plein dont les responsabilités comprendront la sensibilisation des collectivités les plus susceptibles d’essayer d’entrer illégalement au Canada.

« Les Canadiens sont largement en faveur de l’immigration, a dit M. Radchenko. « Mais les Canadiens croient vraiment en l’ordre et en une immigration bien gérée. » L’une des raisons pour lesquelles de nombreux immigrants tentent leur chance au Canada est la façon dont le pays a réagi à la crise mondiale des réfugiés.

Le pays a augmenté le nombre total d’immigrants qu’il admet chaque année. Il est en voie d’accepter 310.000 résidents permanents cette année, l’objectif étant de porter le total annuel à 340.000 d’ici 2020.

Le gouvernement canadien a également augmenté le nombre de réfugiés qu’il accepte afin d’alléger le fardeau des pays européens qui sont submergés par des personnes fuyant la guerre et la famine au Moyen-Orient et en Afrique. Le pays prévoit d’accueillir environ 43.000 réfugiés cette année, ce qui portera ce nombre à près de 49.000 d’ici 2020.

Pendant ce temps, l’administration Trump a essayé de limiter l’immigration légale et a parfois complètement arrêté le programme des réfugiés au nom de la sécurité nationale.

L’administration fait pression sur la législation pour réduire le nombre d’immigrants légaux admis dans le pays, et elle a fixé un plafond de 45.000 réfugiés pour 2018, le nombre le plus bas depuis l’adoption de la Loi sur les réfugiés par le Congrès en 1980. L’administration n’atteindra peut-être même pas ce nombre, car elle n’a approuvé que 14 887 réfugiés jusqu’à vendredi et il reste moins de quatre mois dans l’année fiscale.

Les fonctionnaires canadiens n’ont pas voulu commenter les actions de l’administration Trump en matière d’immigration, mais ils ont insisté sur le fait que le Canada, comme les États-Unis, est un pays d’immigrants qui doit toujours accueillir ceux qui cherchent une vie meilleure.
Boissonnault a raconté l’histoire de ses ancêtres, qui ont débarqué pour la première fois au Canada en 1642. Selon lui, peu importe que la famille d’une personne ait vécu au Canada pendant « quatre siècles, quatre décennies, quatre mois ou quatre minutes. »

« Outre les peuples autochtones…. notre pays a été bâti sur l’immigration et continuera de l’être« , a-t-il dit. « Mais si vous traversez la frontière illégalement, vous enfreindrez la loi. Vous serez appréhendés. Et après ça, vous serez placés en détention. »

USA Today Europe

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS