Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 15:38
Européennes : petit clash entre Insoumis

Procès en favoritisme, accusation de verrouillage et petites piques par médias interposés… En présentant ce mercredi 4 juillet la liste paritaire et ordonnancée de 66 noms – 33 hommes et 33 femmes, 13 candidats d’ouverture devant encore la compléter –, La France insoumise espérait lancer en grande pompe sa bataille des européennes. Mais elle n’a pas réussi à éviter dissensions et petits règlements de compte dans ses rangs.

Tout a commencé lundi matin quand les « socialistes insoumis », petite structure créée par l’ex-eurodéputé PS Liêm Hoang Ngoc, ont décidé de « suspendre » leur participation à La France insoumise. « Alors que l’objectif de la FI est de crever un certain plafond de verre, la mise à l’écart de Liêm Hoang Ngoc, rapporteur sur la Troïka au Parlement européen en 2014, dont chacun s’accorde à dire qu’il est la plus forte voix de la FI pour porter ces propositions […] est une grossière erreur politique », écrivent les socialistes « insoumis ».[…]

La polémique prend une autre tournure mercredi. Lilian Guelfi, un militant « insoumis » membre du comité électoral, l’instance qui a composé la liste des 66 candidats, dénonce dans « Libération » le fonctionnement dudit comité. « Tout était en réalité déjà verrouillé par la direction au profit de petits arrangements entre amis et partis qui disposaient à l’avance de positions éligibles », assure le militant.[…]

Aux douze premières positions, certains noms ont fait grincer des dents parmi les militants de La France insoumise. En sixième position côté femmes, Pascale Le Néouannic, ex-conseillère régionale du Parti de gauche, est l’ex-compagne de Jean-Luc Mélenchon. En troisième position côté hommes, Gabriel Amard est le gendre du tribun. En cinquième, Benoît Schneckenburger a longtemps été son garde du corps. Leur présence aux premières places accrédite l’idée d’un fonctionnement clanique à la tête du mouvement.[…]

(merci à Zayda)

Nouvel Obs

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS