Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

25 septembre 2018 2 25 /09 /septembre /2018 14:43
Antisémitisme : l’imam toulousain Tataï en proie à la justice

Justice. En décembre 2017, l’imam Mohamed Tataï avait prononcé un prêche en langue arabe dans lequel il avait appelé au meurtre des juifs.

Il ne pouvait pas s’en tirer comme cela. Mohamed Tataiat, aussi appelé Mohamed Tataï, est poursuivi par la justice pour provocation à la haine, a annoncé le parquet de Toulouse (Haute-Garonne) dans un communiqué paru ce mardi 25 septembre, rapporte Le Figaro. Une information judiciaire qui fait suite au prêche antisémite prononcé et retransmis par vidéo sur les réseaux sociaux par l’imam toulousain en décembre 2017.

« Il y a un juif qui se cache derrière moi, viens le tuer »

En arabe, le religieux avait cité un hadith ayant pour thème la « bataille finale et décisive » qui verrait s’affronter les musulmans et les juifs. « Les Juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres, et les pierres et les arbres diront : Oh musulman, oh serviteur d’Allah, il y a un juif qui se cache derrière moi, viens le tuer », avait-il déclamé face caméra.

Des propos qui lui valent aujourd’hui les chefs d’accusation de « provocation publique, par parole, à la haine ou à la violence en raison de l’origine, de l’ethnie, la nation, la race ou la religion » et de « provocation publique, au moyen de communication au public par voie électronique à la haine ou à la violence ». L’auteur du prêche est visé, tout comme ceux qui ont diffusé les propos sur internet.

Le parquet de Toulouse avait ouvert une enquête préliminaire après avoir reçu fin juin un signalement de la part du préfet de Haute-Garonne sur des « faits susceptibles de constituer le délit d’incitation à la haine ».

Mis face à ses responsabilités, Mohamed Tataï avait invoqué une « traduction pas fidèle » du hadith, tandis que la grande mosquée de Paris avait fini, contrainte par le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, par condamner des « propos totalement incongrus » de la part de l’imam. 

SOURCE

 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS