Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 16:46
Personne ne s’occupait d’eux. L’hiver arrivait, donc je leur apportais à manger et le café le matin. J’en ai parlé mais trop tard » – Pierrick Guillemette, gérant de la supéret

Personne ne s’occupait d’eux. L’hiver arrivait, donc je leur apportais à manger et le café le matin. J’en ai parlé mais trop tard » – Pierrick Guillemette, gérant de la supéret

C’est un drame de la misère qui touche Le Fenouiller, village de 4.700 habitants en Vendée. Isabelle, une femme de 58 ans, est décédée mardi soir. Malade et sans emploi, elle dormait dans sa voiture avec son compagnon, Emmanuel. Les habitants sont choqués, tristes et certains n’hésitent pas à pointer du doigt l’indifférence des autorités.

Cela faisait des mois que le couple vivait dans sa voiture. L’an dernier, Isabelle et Emmanuel ont perdu leur emploi. En avril 2017, ils ont alors dû quitter leur domicile. Sans logement, ils se sont installés sur un parking, en plein centre du Fenouiller. Ils ont été hébergés quelques semaines par la mairie, puis par des amis et de la famille. Mais l’été dernier, retour à la case départ, dans leur voiture.

Isabelle et Emmanuel, très discrets, n’osaient pas demander de l’aide. Mais le gérant de la supérette et un couple de riverains, René et Catherine, se sont tout de même rendus compte de la situation et leur ont apporté de la nourriture. Quelques jours avant le drame, ils ont également alerté la mairie et les services du département.

...Isabelle était trop affaiblie. Elle ne pesait plus que 31 kg. Et la nuit suivante, elle est décédée. 

Personne ne s’occupait d’eux. L’hiver arrivait, donc je leur apportais à manger et le café le matin. J’en ai parlé mais trop tard » – Pierrick Guillemette, gérant de la supérette

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS