Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

16 décembre 2018 7 16 /12 /décembre /2018 14:29
La cour de cassation a remis en cause la condamnation de cet activiste pro-migrants, qui avait aidé des clandestins à passer la frontière franco-italienne. Avant, on appelait ça des passeurs, maintenant la justice estime la dimension "humanitaire". L'individu contre l'Etat, contre la société. Une décision tout à fait dans l'air du temps.

 

Cédric Herrou, militant pro-migrants, avait été condamné à 4 mois de prison avec sursis pour avoir aidé des immigrés clandestins à passer illégalement la frontière entre la France et l'Italie et les avoir hébergé illégalement. La Cour de cassation a partiellement cassé cette condamnation et a renvoyé devant la Cour d'appel, qui logiquement devrait prononcer la relax.
 
Cela intervient après que le Conseil constitutionnel ait déclaré cet étrange principe de fraternité, qui empêche toute sanction pour l'aide désintéressée apportée aux immigrés clandestins. Ce qui permet de petit à petit détruire la barrière entre immigration légale et clandestine. Mais l'aide à l'entrée illégale sur le territoire était encore illégale. Ce que la législation nationale a entériné.
 
Etrangement, alors que l'aide à l'entrée illégale reste incriminée, la Cour de cassation n'a pas jugé utile d'y porter attention et a tout renvoyé en bloc devant la Cour d'appel. Finalement, la Cour de cassation termine le travail, surtout dans la foulée du Pacte de Marrakech, en mettant de facto un terme à la condamnation de l'aide à franchir illégalement les frontières.
 
En revanche, reste une atteinte à la propriété, chaque époque a ses priorités:
La condamnation pour « installation sur le terrain d’autrui sans autorisation » reste elle maintenue. Cédric Herrou a en effet utilisé un site appartenant à la SNCF à Saint-Dalmas-de-Tende, inoccupé depuis de nombreuses années, pour loger certains des migrants recueillis.
 
C'est encore un coup porté aux frontières, donc à l'Etat, dans ce monde global, qui nie les peuples au profit de certains individus.
 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS