Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 17:39

Cette entreprise spécialisée dans la fabrication de véhicules de transport lourd capables de tracter jusqu’à 15.000 tonnes dont les booster d’Ariane 5, est aujourd’hui au bord du gouffre. La direction de cette PME, située dans l’Yonne, a dû lancer un plan de restructuration supprimant 72 emplois sur 113. La production va s’arrêter et sera transférée vers l’Allemagne et l’Inde.

La double peine pour les employés de cette PME, qui ne peuvent honorer une commande vers l’Arabie Saoudite et dont la production est parallèlement délocalisée… en partie en Allemagne.

Comment en est-elle arrivée là ? Selon des sources concordantes, les graves difficultés de cette PME, dont l’actionnaire allemand est TII Group (Transporter Industry International), sont emblématiques des conséquences de la politique de blocage par l’Allemagne des exportations de matériels militaires vers l’Arabie Saoudite.

Nicolas Industrie avait décroché en tant que sous-traitant de Rheinmetall, un important marché de 120 porteurs de chars destinés au transport logistique de l’armée de terre saoudienne. Aujourd’hui, la PME française ne peut plus livrer ses matériels.

Nicolas Industrie n’est pas la seule entreprise française et européenne à pâtir de la décision de bloquer les exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite. L’Allemagne bloque les licences d’exportation de matériels allemands intégrés sur le missile air-air longue portée Meteor, vers l’Arabie Saoudite, qui souhaite armer les Typhoon avec cet armement.

Arquus (ex-Renault Trucks Defense) est également contraint de jongler avec les aléas de la politique allemande. Le constructeur de blindés légers rencontre des difficultés à l’exportation en raison des réticences de l’Allemagne à autoriser des exportations de composants civils en vue d’être militarisés dans certains pays. selon Emmanuel Levacher, cette liste s’est même allongée au-delà de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte. Les autorités allemandes ont rajouté l’Indonésie et l’Inde

Source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS