Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 23:19

Nicholas Sandmann, l’étudiant de l’école catholique de Covington et sa famille, ont engagé un grand avocat spécialisé dans les poursuites en diffamation afin d’avertir les usines à Fake News (CNN, MSNBC, CBS, ABC, NBC, New York Times, Washington Post…) qu’ils ne peuvent continuer indéfiniment et en toute impunité à détruire la vie des gens sous couvert du 1er amendement.

« Quand vous écrivez dans un article que Nicholas Sandmann est un raciste, et vous décrivez sa conduite en disant qu’il s’est moqué, ou a bloqué, ou a frappé le natif indien en face de lui, alors qu’il ne s’est rien passé ; si la base de votre soi-disant opinion est fausse ou incomplète, vous n’êtes pas protégé par la liberté d’opinion, parce que les attaques contre Nicholas étaient des attaques décrivant une conduite qui n’a jamais eu lieu. »

Lin Wood, avocat de la famille Sandmann qui poursuit CNN et le Washington Post pour 250 millions de dollars chacun pour les dissuader de recommencer contre d’autres

Nicholas Sandmann est l’étudiant catholique qui a été insulté pendant plusieurs jours par l’ensemble des médias audiovisuels (sauf Fox News, qui a refusé de le critiquer tant que toute la lumière ne serait pas faite sur cette affaire), après qu’un extrait vidéo l’ait montré immobile et souriant face à un natif indien, Nathan Phillips, connu pour avoir souvent menti aux médias.

Trois groupes se retrouvaient face à face lors de ce que je pense avoir été un guet-apens : Nicholas, coiffé d’une casquette pro-Trump MAGA (Make America Great Again), se rendait avec des camarades de son école à une manifestation pro-vie.

Un groupe d’Indiens spécialisés dans les actions militantes s’est planté en face d’eux, et a affirmé avoir été humilié par les lycéens. Un autre groupe, des « noirs hébreux israélites », a également affirmé avoir été humilié, alors qu’en fait ils ont insulté à la fois les Indiens et les lycéens.

Mais la tentation de changer la réalité était trop forte : Nicholas avait toutes les « tares » que détestent les journalistes : il est blanc, il est catholique, il est conservateur, il est pro-Trump, et pro-vie.

Comment les médias se sont jetés sur un garçon de 16 ans pour le détruire

Les chaînes de télévision ont humilié, traîné dans la boue, déchiqueté, réduit en bouillie, traité de raciste, de bigot, d’extrémiste le jeune Nicholas.

Des artistes d’Hollywood ont incité les gens à le frapper.

Des journalistes de renom ont dit être « dégoûtés par son sourire ». (1)

  • Mark Harris a déclaré à la télévision que « le sourire suffisant, fixe et froid » de Nicholas Sandmann « était repoussant ».
  • Ruth Graham sur Slate a parlé du « visage de l’autosatisfaction et de la certitude, de la nervosité exprimée par la cruauté ». Elle alla jusqu’à dire que c’était « l’une des images les plus viscéralement dérangeantes d’une époque qui n’en manque pas. »
  • Christopher Mathias du Huffington Post, a tweeté une image de Sandmann aux côtés d’un ségrégationniste qui se moque des défenseurs des droits civiques.
  • Nicholas Frankovich, de la National Review, a écrit que les élèves avaient « momentanément assumé le rôle des soldats romains auprès du Christ [incarné par l’indien, Nathan Phillips] ».

Et ils l’ont tous accusé – à tort. Nicholas était en fait le seul à se conduire dignement, silencieux et impassible.

Lorsque les images vidéo plus complètes ont établi que c’est Phillips qui avait provoqué les jeunes catholiques, qui à leur tour s’étaient comportés avec retenue, les observateurs et quelques journalistes se sont demandé – en toute hypocrisie – comment « tant de gens bien intentionnés pouvaient en arriver là » – non seulement en se précipitant pour juger, mais en se délectant de cette frénésie.

Avec des mots très puissants, l’avocat de Nicholas accuse les médias

J’aimerais que les Américains examinent la situation à 30 000 pieds d’altitude.

C’était un événement simple.

Impliquant un garçon de 16 ans.

Il n’y a pas eu de coups de poing, pas de sang versé, il y a eu une rencontre, et de nombreuses personnes avaient des caméras vidéo, et malgré ça, les médias ont eu tout faux.

Ils ont converti la vérité en mensonge, et ils l’ont fait parce que la fausse histoire leur permettait de faire avancer leur conviction politique.

Si les médias ne peuvent pas rapporter fidèlement ce genre d’histoire simple, s’ils ne peuvent pas laisser leur militantisme politique en dehors d’une histoire comme celle-ci, alors nous parlons d’un problème sérieux.

Et ce problème est que vous ne pouvez pas faire confiance à une seule chose que les grands médias vous racontent.

C’est aussi simple.

Ne soyez pas seulement sceptique. Allez chercher ailleurs vos sources d’information.

Et je pense que s’ils peuvent s’en tirer ainsi, sans conséquence, contre un garçon de 16 ans, alors nous sommes tous en danger, car la réputation de personne ne peut plus être protégée.

Le fait est que s’ils peuvent faire ça à Nicholas, ils peuvent le faire à n’importe qui. Et pour y mettre fin, il faut qu’ils rendent des comptes. Il faut que cela prenne fin. Il faut que ça change.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Fake News