Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 03:38

En dépit de la guerre déclarée au glyphosate par LREM et de l’interdiction faite aux entreprises de financer les partis politiques en France, France 2 a révélé qu’en vue des élections européennes, le parti d’Emmanuel Macron s’était allié avec le parti européen ALDE, financé par l’un des fabricants de ce pesticide.

Fin novembre 2017, Emmanuel Macron a pris l'engagement de fixer la sortie du glyphosate en France d'ici trois ans. Toutefois, la chaîne France 2 a appris que pour les élections européennes, le parti du Président de la République s'est allié avec le parti européen de l'Alliance des libéraux et démocrates pour l'Europe (ALDE), qui bénéficie du financement de plusieurs grosses entreprises internationales, dont Bayer, qui fabrique du glyphosate depuis le rachat de Monsanto.

Selon les chiffres du Parlement européen, depuis les dernières élections, en 2014, les entreprises ont ainsi versé plus de 425.000 euros à l'ALDE. La chaîne précise que ces financements sont légaux jusqu'à 18.000 euros par an et par entreprise.

Comme France 2 le rappelle, il est impossible pour une entreprise en France de financer un parti politique. Au Parlement européen, en revanche, une telle opération est autorisée.

La chaîne a ainsi confirmé l'information de Marine Le Pen, qui avait assuré la semaine dernière sur RTL que les lobbies finançaient les partis du Parlement européen, prenant l'exemple de Monsanto et du groupe des libéraux, l'ALDE.

En réaction à cette révélation, l'ALDE avait alors assumé ces financements, rappelant toutefois qu'ils représentaient moins de 4% de son budget.

«On est tout à fait en mesure de refuser cet argent si cela ne colle pas avec nos positions ou si l'on craint que l'entreprise attende quelque chose en retour. Ce n'est pas du tout l'objectif de cette coopération», a assuré Didrik de Schaetzen, le porte-parole du parti européen.

Ayant découvert l'existence de ces financements, le directeur de campagne LREM pour les élections européennes, Stéphane Séjourné, les a qualifiés de mauvaises «pratiques pour des partis politiques, qui doivent être indépendants dans leur manière de légiférer».

 

«Il va falloir remettre sur la table ce genre de financements. Ils sont interdits en France, ils doivent être aussi interdits en Europe», a-t-il estimé.

Les cercles politiques français ont déjà dénoncé le financement de cette alliance pour les élections au Parlement européen.

En France, les élections européennes de 2019 se dérouleront le 26 mai 2019 afin d'élire les 79 députés européens représentant la France au Parlement européen.

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Elections Europe