Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

30 mai 2019 4 30 /05 /mai /2019 19:22

Le PDG d’EDF et le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, ont souligné le poids des taxes. Le ministre de l’Écologie a riposté en mettant en cause la dérive des coûts chez l’énergéticien.

Samedi, les tarifs de l’électricité vont connaître un coup de chaud: + 5,9 %. Une perspective qui donne quelques sueurs froides. Personne n’a oublié que ce sont les prix de l’énergie - à l’époque les carburants - qui ont été le déclencheur des «gilets jaunes».

Le gouvernement veut réformer le mode de calcul des tarifs de l’électricité. Mais pour l’heure, il faut se résigner à la hausse.

Alors à qui la faute? Au cœur de la centrale de Gravelines (Nord) où Europe 1 avait planté son studio mercredi, tout le monde s’est renvoyé la balle. Le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, et le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, ont souligné le poids des taxes.

Le premier en mode suggestif - «il faudrait peut-être réfléchir à moins taxer l’électricité puisqu’elle n’émet pas de CO2» - le second en mode agressif - «l’État s’en met plein les poches».

Le ministre de l’Écologie a riposté en mettant en cause la dérive des coûts chez EDF. «Tous les ans, la Cour des comptes dénonce le fait qu’à EDF, les salariés payent 10 % du prix de l’électricité. Peut-être que le PDG d’EDF pourrait changer ça.» François de Rugy a raison: la Cour des comptes a mené la charge contre le «tarif agent» qui représente 295 millions d’euros par an de manque à gagner pour EDF.

Mais ce petit privilège des employés d’EDF est du ressort de la loi. La «petite loi» énergie, qui actualise notamment les objectifs de la France en matière de CO2 et de nucléaire, arrive bientôt au Parlement.

On verra alors si l’exécutif saisit l’occasion. Mais le moment n’est pas forcément bien choisi: la négociation de la réorganisation du groupe en deux sociétés risque déjà de secouer la paix sociale chez EDF…

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans taxes