Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

20 septembre 2019 5 20 /09 /septembre /2019 21:23

Plusieurs milliers de comptes émiratis, saoudiens ou encore espagnols ont été supprimés, accusés de répandre de fausses informations sur le réseau social.

Source AFP

Les 267 comptes émiratis et égyptiens étaient impliqués « dans une opération de désinformation visant notamment le Qatar et d'autres pays comme l'Iran ». Ces comptes, qui avaient été « créés et gérés » par Dot Dev, une entreprise technologique basée dans ces deux pays, « amplifiaient des messages de soutien au gouvernement saoudien ». Twitter a également suspendu 4 258 comptes fictifs venus des Émirats arabes unis qui propageaient de fausses informations sur la guerre au Yémen, dans laquelle intervient Riyad depuis 2015 à la tête d'une coalition en soutien au pouvoir, contre les rebelles soutenus par Téhéran

« Amplifier des messages avantageux pour le gouvernement saoudien »

Six comptes liés aux médias d'État saoudiens ont également été désactivés pour « leurs efforts coordonnés visant à amplifier des messages avantageux pour le gouvernement saoudien ».

Selon Twitter, les comptes se présentaient comme « des organes journalistiques indépendants tout en publiant des propos favorables au gouvernement saoudien ». En outre, le compte de Saud al-Qahtani, ancien conseiller de Mohammed ben Salmane à la cour royale déjà interdit de territoire aux États-Unis, a été suspendu.

Concernant l'Espagne, les 259 faux comptes gérés par le Parti populaire « spammaient ou retweetaient pour augmenter la mobilisation ». Les 1 019 comptes équatoriens étaient liés à l'Alianza País, coalition politique au pouvoir. Ils « se concentraient sur des problèmes liés aux lois équatoriennes sur la liberté d'expression, la censure gouvernementale et la technologie ».

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS