Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 00:00

Pour bannir les crèches de l’espace public, la Fédération de la libre pensée a envoyé une note à tous les représentants départementaux. 

Début du mois de décembre oblige, les grands défenseurs de la loi de 1905 sortent les griffes. Pour lutter contre les crèches de la Nativité dans les bâtiments publics, la Fédération de la libre pensée vient d’envoyer une note à tous les représentants départementaux, rappelant « les démarches à accomplir avant de saisir le juge administratif », rapporte notamment Le Figaro

Robert Ménard, seul contre tous

« On est dans la tendance au reflux drastique », se réjouit d’ailleurs Christian Eyschen, vice-président de la fédération. « Partout où on a fait des recours, on a gagné ! Notre action, sanctionnée positivement par le Conseil d’Etat, a eu ses effets positifs », poursuit-il.

Un maire résiste pourtant encore et toujours à la pression. Lundi dernier, Robert Ménard a inauguré sa nouvelle crèche dans l’enceinte de l’hôtel de ville de Béziers. Entouré de « représentants de cinq religions » il a insisté sur le fait « qu’elle n’est pas une polémique, pas une provocation, mais un trait d’union ».

Seulement, cette année, comme l’année précédente, il a été obligé de la disposer sur une table à roulettes, de manière à pouvoir la déplacer en cas de contestation. En 2017 et 2018, la justice avait estimé que l’installation portait atteinte à la loi de 1905. « Cette année, on a essayé de se conformer un peu plus aux préconisations du Conseil d’Etat. Il y a quelques temps, le sous-préfet m’a envoyé un courrier apaisé, me rappelant les règles ; je lui ai répondu sur le même ton.

Et je n’ai reçu aucune plainte », fait valoir l’édile. Une déclaration qui n’a pas empêché la Fédération de la libre pensée héraultaise de fustiger « une crèche catholique, installée dans l’enceinte du bâtiment public de tous les Biterrois, investie d’un contenu prosélyte par le maire ». 

« Bientôt on s’élèvera contre les églises des villages »

La note envoyée par l’association précise bien qu’« il est recommandé de renoncer à toute action contentieuse – ce qui n’interdit pas une campagne locale de dénonciation – lorsque la crèche est installée soit sur le domaine public dans le cadre d’une animation commerciale ou festive, soit dans un bâtiment public n’étant pas le siège de la collectivité, ou lorsque la crèche s’intègre dans une tradition locale ». Et ce, « de manière à ne pas affaiblir notre action en la matière », précise la note.

Car le cas de Béziers est loin d’être isolé. Comme chaque année depuis 2016, la région Auvergne-Rhône-Alpes s’apprête à mettre en place une crèche dans le hall du conseil régional. D’abord interdite, l’installation avait finalement été validée, Laurent Wauquiez, président de la Région, ayant pris soin de mettre en avant les métiers de l’art et les traditions santonnières régionales.

A Toulouse, c’est une crèche vivante qui pose problème. « Le problème, c’est que c’est une crèche vivante qui veut ‘raconter la vraie histoire de Noël’, donc, pour eux, la naissance de Jésus-Christ », explique Pierre Juston, doctorant en droit public. Pour lui, « ce n’est pas conforme à la loi de 1905 ». «

On ne tolère plus l’expression du moindre signe religieux », s’inquiète en revanche le père Laurent Stalla-Bourdillon, qui dirige le service pour les professionnels de l’information (SPI). « Bientôt, on s’élèvera contre les croix des carrefours ou même les églises des villages », déplore-t-il aussi. 

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS