Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

3 décembre 2019 2 03 /12 /décembre /2019 17:51
François-Henri Pinault. Photo © PictureGroup/REX/SIPA
 

Le PDG du groupe Kering essayait depuis plusieurs années de faire raser une partie de l'École nationale supérieure d'architecture, voisine de son hôtel particulier parisien, qui lui obstruait le paysage.

François-Henri Pinault n’en pouvait plus. Las de voir le panorama depuis son hôtel particulier du 6e arrondissement parisien gâché par les bâtiments de l’École nationale supérieure d'architecture de Paris-Malaquais, le milliardaire a tout bonnement obtenu leur démolition « au plus tard le 31 décembre 2020 », révèle L’Obs ce lundi 2 décembre. Les bâtiments en question avaient été construits en… 2001.

« Les conditions de jouissance » du milliardaire menacées

Le Conseil d’État a tranché : l’École nationale supérieure d'architecture, faite de verre et d’acier, devra être rasée avant 2021. Ni amiante ni aménagement urbain : cette destruction annoncée est le fruit de la seule volonté de François-Henri Pinault.

Et pour cause, les bâtiments de l’école à démolir, situés dans les jardins de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, sont « visibles depuis le fonds de monsieur Pinault » et « créent des vues sur ce fonds », indique L’Obs, reprenant la décision de justice. Ainsi, selon le Conseil d’État, une telle situation « affecte les conditions de jouissance par le requérant ». Les intérêts de François Henri Pinault sont donc « lésés de façon […] grave et incertaine ». 

Cela faisait plusieurs années, et depuis le début des années 2010, que le milliardaire tentait de débarrasser de ces encombrants locaux, qui devaient n’être que provisoires, avant de devenir permanents. À deux reprises, en 2013 et en 2016, la justice avait rejeté les demandes du PDG du groupe Kering. Aujourd’hui, le Conseil d’État juge donc plus important de protéger « l’intérêt public qui s’attache à la préservation du patrimoine » que représente l’hôtel particulier en question, quant à lui classé. 

SOURCE

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS