Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

5 février 2020 3 05 /02 /février /2020 16:38

Le Réchauffement climatique n’est pour rien dans le désastre australien

Source : https://pgibertie.com/2020/01/05/le-rechauffement-climatique-nest-pour-rien-dans-le-desastre-australien/

Vous allez être déçu mais le « réchauffement climatique « n’est pour rien dans le désastre et les média ne vous le diront pas…

Tout d’abord un phénomène comparable à El nino, le dipole

https://www.ird.fr/la-mediatheque/fiches-d-actualite-scientifique/339-l-ocean-indien-un-declencheur-d-el-nino

Depuis la fin du printemps austral, l’Australie souffre d’une vague de chaleur exceptionnelle qui a vu de nombreux records absolus de température battus. Le vent et la sécheresse ont entraîné la généralisation de nombreux incendies colossaux et meurtriers, notamment pour la faune.

Cette situation météorologique à haut risque est en partie liée au dipôle de l’océan Indien selon le Bureau Météorologique Australien (BOM) : « le principal coupable de nos conditions actuelles et attendues est l’un des événements dipôles de l’océan Indien (DOI) les plus positifs jamais enregistrés« , a déclaré le Dr Watkins, directeur des prévisions à long terme du Bureau de météorologie australien qui ajoute : « un DOI positif signifie que nous voyons moins de systèmes météorologiques porteurs de pluie et des températures plus chaudes que la moyenne dans de grandes parties du pays « .

Le dipôle de l’océan Indien, aussi connu sous le nom d’El Niño indien, est une oscillation irrégulière des températures de surface de la mer, la partie occidentale de l’océan Indien étant tour à tour plus chaude et plus froide que sa partie orientale.

full_569fd097b621c-201603_frequence_nino

https://www.notre-planete.info/actualites/1130-feux-brousse-Australie-incendie-animaux

 

81466631_453200408922568_211834208014827520_n

82543603_3196136733731331_771215455930023936_n

https://www.nature.com/articles/s41598-019-49678-w?fbclid=IwAR0yiWcuBc6nX5nyNLd9yS5Ghmy9hmT8bjCp_VKmArTxgtMwtxajaWccwHk

Contrairement aux idées reçues le réchauffement du climat ne conduit pas à des sécheresses catastrophiques mais au contraire à un accroissement des précipitations en raison d’une plus importante évaporation des océans.

Ceci a été clairement démontré en étudiant les chroniques du Moyen-Age relatives à la production agricole en Europe au cours de l’optimum climatique médiéval alors que les températures moyennes étaient de plus de 1,5 degrés supérieures à celles de ces 20 dernières années. A contrario un refroidissement du climat provoquera des épisodes de sécheresse prolongée puisque l’évaporation des océans diminuera. Ceci a été également démontré clairement avec l’étude des paléoclimats.

Des années 1970 à la fin du XXe siècle, la région du Sahel a souffert d’une sécheresse dont la durée et l’intensité restent inégalées. Cette sécheresse a été particulièrement marquée entre 1970 et 1990, avec une baisse de la quantité de pluie annuelle de 200 mm en moyenne, soit un déficit de 50 à 60 % dans la partie nord de la région.

L’insécurité alimentaire qui en a résulté s’est traduite par des déplacements de population vers les régions plus humides au sud et les grandes villes, créant les conditions d’une instabilité sociopolitique encore manifeste aujourd’hui.

La sécheresse s’étant progressivement atténuée au cours des années 1990, on a parfois parlé d’un « retour à la normale ». Certains auteurs ont même avancé que cette reprise des pluies était liée au réchauffement climatique, et que la hausse de la teneur en gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère favorisait le retour à des conditions plus humides sur le Sahel.

 La situation australienne n’est en rien lié à un réchauffement climatique.

 Malheureusement  les écologistes ont empéché que des mesures préventives soient prises

Un débat a d’ores et déjà éclaté en Australie sur les raisons d’un tel désastre. Les défenseurs de l’environnement, opposés à des feux préventifs permettant de nettoyer le « bush », sont montrés du doigt.

« Certains membres du mouvement Vert se comportent comme des éco-terroristes, en menant la guerre contre des feux d’écobuage », a estimé David Packham, un expert de l’Université Monash de Melbourne.

les pompiers sont furieux  contre les politiques qui se sont laissés imposer le terrorisme vert...

source

 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS