Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 20:46

Des paléontologues ont découvert un premier fossile de grenouille en Antarctique, ce qui laisse penser que le continent était bien plus chaud il y a 40 millions d’années. Il s’agit d’une espèce semblable à celles qui vivent aujourd’hui en Amérique du Sud.

C’est une découverte qui remet en question la vision des scientifiques sur le climat de l’Antarctique il y a des millions d’années. Une équipe de chercheurs du musée d’Histoire naturelle de Suède ont découvert les restes d’une grenouille sur l’île Seymour, au bout de la péninsule homonyme de ce continent gelé. Dans leur étude publiée le 23 avril dans Scientific Reports, ils affirment que le spécimen fait partie des Calyptocephalellidae, dont les plus proches descendants se situent… en Amérique du Sud.

«La question qui se pose désormais, c’est à quel point il faisait froid, et qu’est-ce qui vivait sur ce continent quand les couches de glaces se sont formées?», s’est interrogé auprès de Science News Thomas Mors, paléontologue et auteur de l’étude.

«Cette grenouille est un indice supplémentaire du fait qu’à cette période, au moins autour de la péninsule, c’était un habitat approprié pour des animaux à sang froid, comme des reptiles ou des amphibiens», a-t-il ajouté.

Les scientifiques avaient déjà découvert des preuves que des amphibiens géants avaient parcouru l’Antarctique durant le Trias (entre le Permien et le Jurassique), il y a 200 millions d’années, mais ceux-ci n’avaient rien en commun avec les espèces qui existent à notre époque. Ce continent était alors attaché à l’Australie et à l’Amérique du Sud, formant le supercontinent Gondwana, lequel a poursuivi sa fracturation jusqu’à il y a 34 millions d’années.

Comprendre le refroidissement de l’Antarctique

Pour M.Mors, il est important de continuer à chercher d’autres fossiles afin de mieux comprendre ce qui a causé un changement climatique si radical en Antarctique. Selon ses estimations, le continent offrait des températures entre 3,75 et 14 degrés Celsius selon la saison, avec des précipitations jusqu’à 900 millimètres par an. Un climat similaire à celui des plaines du Chili aujourd’hui.

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS