Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 10:49

Comme le révèle France 3, une élève infirmière, volontaire dans l'unité COVID-19 d'un établissement de santé de l'Hérault, est “payée comme une stagiaire”.

La Réserve sanitaire, peu connue en temps ordinaire, fait parler d'elle depuis que le gouvernement a appelé à sa mobilisation, début mars, pour faire face à la crise du coronavirus. Les infirmiers y ont répondu massivement à l’instar d’une infirmière de l’Hérault.

Comme le révèle en effet France 3 Occitanie, la jeune femme, élève-infirmière dans un établissement de santé du département, s’est portée volontaire pour aider les soignants d'une unité Covid-19.

Réaffectée en tant qu'aide soignante, elle « travaille comme n’importe quel professionnel » mais est « payée comme une stagiaire » : 30 euros par semaine pour 35 heures de travail, soit 1,17 € de l’heure.

« Je suis volontaire, pas bénévole ! »

Une situation qu’elle déplore. « Pour cinq semaines dans un hôpital, en 2ème année, une élève infirmière touche 152 euros de rémunération. Mais là, je ne suis pas en condition de stage puisque je remplis la fonction d’aide-soignante.

Un stagiaire est en plus dans une équipe. Là, je fais partie de l’équipe. Si je ne fais pas mon travail, personne ne me remplace », explique-t-elle au micro de France 3. Et d’ajouter : « Je suis volontaire, pas bénévole ! »

Comme le rappelle France 3, les élèves infirmier(e)s volontaires dans les unités COVID-19 des hôpitaux sont indemnisés entre 28 et 50 euros la semaine selon les régions. 

 

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans CORONAVIRUS