Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 23:20

Didier Raoult a accordé une interview à Paris Match dans laquelle il critique le conseil scientifique qu’il a quitté brutalement en mars dernier et croit plus que jamais en l’usage de la chloroquine pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.

Si l’anti-inflammatoire, le tocilizumab, montre en ce moment des signes encourageants pour lutter contre le coronavirus, Didier Raoult, lui, a toujours bon espoir en la chloroquine. Le sulfureux directeur de l'institut hospitalo-universitaire de Marseille a accordé une interview à Paris Match ce mercredi 29 avril.

Il revient sur le conformisme de ses confrères du conseil scientifique, formé autour d'Emmanuel Macron pour conseiller le gouvernement en cette période épidémique et dont il a quitté le siège fin mars : « Chacun poussait ses billes en avant. Il fallait faire plaisir, représenter l’Institut Pasteur, l’Inserm, etc. Il n’y a rien de fiable scientifiquement là-dedans. » 

« Le consensus, c’est Pétain » 

Claquer la porte du conseil scientifique, mis en place pour aider l’exécutif, était comme une évidence. En dernier recours, l’infectiologue a ouvert dans la foulée son établissement au dépistage massif du Covid-19 et au traitement à l’hydo-chloroquine pour les cas graves.

Le conseil scientifique ne correspondait pas à ses attentes. Il estime qu’on ne « peut pas mener une guerre avec des gens consensuels », avant de poursuivre : « le consensus, c’est Pétain » et c’est « insupportable ».

Pour lui il n’est pas envisageable de « décider de cette manière » puisque « ces personnes ne savaient pas de quoi elles parlaient ». Didier Raoult poursuit dans les colonnes de Paris Match et se dit « prêt et organisé » face à l’épidémie de coronavirus.

« En 2003, j’ai écrit un rapport sur les risques épidémiques, tiré de mes observations sur la réaction chinoise face à l’épidémie du SRAS. » Pendant ce temps, les autres scientifiques du conseil n’auraient « rien appris » ; en « vingt ans ». Pour lui, le résultat est criant : « Personne ne sait tester le coronavirus. » Didier Raoult est certain que le président de la République Emmanuel Macron « le sait très bien ». 

La chloroquine efficace en laboratoire

Le professeur promeut plus que jamais l’usage de la chloroquine pour éradiquer le coronavirus. Il estime que c’est un « traitement de référence pour les pneumopathies [infections du système respiratoire] ». Son utilisation est d’ailleurs fréquente aux États-Unis puisqu’un Américain sur huit « en prend une fois par an », déclare le Pr Raoult.

Il n’hésite pas à annoncer la sortie prochaine d’une « étude internationale sur la sécurité du traitement hydroxychloroquine » qui va démontrer « la fiabilité de cette molécule ». 

« Quant à l’azithromycine [l'autre molécule de son traitement, ndlr], il est le médicament le plus prescrit au monde après l’aspirine… Ce traitement est bête comme chou, c’est pour ça qu’il irrite.

On part d’un fait : une maladie sans remède. La réflexion ensuite est banale. Quel médicament déjà actif pourrait fonctionner ? », explique-t-il à Paris Match. La chloroquine est « efficace in vitro », (en laboratoire) et l’azithromycine est « testé et étudié ». Or, ses tests révèlent donc « leur efficacité sur le virus » lorsque les deux molécules sont combinées, rappelle l’infectiologue. 

source

 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans CORONAVIRUS