Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

13 mai 2020 3 13 /05 /mai /2020 18:52

L'incapacité de l'Union européenne à se rassembler face à la pandémie de Covid-19 a fait de l'euro la monnaie la plus faible des économies développées, écrit Bloomberg.

Après les récentes turbulences qui ont secoué les marchés face à la pandémie de Covid-19, l'euro reste la monnaie la moins performante des économies avancées, indique Bloomberg.

Sur fond de pandémie, l'euro a baissé de plus de 3% par rapport au dollar cette année pour s'établir à environ 1,08 dollars. Des analystes n’excluent cependant pas une reprise à 1,12 dollars d'ici la fin de l'année, contre 1,15 au début de l’année.

L’avenir du bloc monétaire menacé

Dans son analyse, l’agence signale l’incapacité de l’Union européenne à mettre en place une politique budgétaire commune pour contrer le choc économique actuel. Une situation qui contraste fortement avec les milliers de milliards de dollars dégagés par les gouvernements des États-Unis ou du Japon pour relancer leur économie.

Bien que les responsables européens aient approuvé un plan à court terme de 540 milliards d'euros (586 milliards de dollars) pour soutenir les entreprises, ils n'ont pas réussi à se mettre d’accord sur un programme de relance à plus long terme, poursuit Bloomberg. Le média rappelle que les dirigeants de la zone euro divergent encore sur la manière de contribuer conjointement à un plan de relance pour les économies en difficulté, comme en Italie.

D’après l’agence, tout cela a ravivé les inquiétudes concernant l’avenir du bloc monétaire, à tel point qu’un indice mesurant la probabilité qu'un pays quitte l'euro au cours des 12 prochains mois a récemment atteint son plus haut niveau en trois ans.

À cela s’ajoute le récent jugement de la Cour constitutionnelle allemande qui a exigé que la Banque centrale européenne justifie dans les trois mois la validité des rachats de dette publique et démontre qu’elle n'a pas outrepassé les traités européens, conclut Bloomberg.

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe