Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 22:27

Depuis fin avril, les particuliers peuvent en acheter dans les officines. Mais les restrictions qui leur étaient imposées avant pourraient être une manœuvre du gouvernement.

Porter un masque est devenu indispensable et nécessaire selon le gouvernement pour freiner la propagation du coronavirus. Et après les problèmes d’approvisionnement, les Français peuvent désormais en acheter, s’ils en trouvent, dans les tabacs, supermarchés ou les pharmacies.

Jusqu’alors, ces dernières avaient reçu pour consigne de ne les vendre qu’au personnel soignant. À tort semble-t-il, selon une enquête de franceinfo. Depuis fin mars en effet, les masques étaient réquisitionnés et gare à celui qui essaierait d’en vendre, la sanction était claire : 10 000 euros d’amende et six mois d’emprisonnement. De quoi refroidir.

Sauf qu’un document délivré part le ministère de la Santé datant du 30 avril vient changer la donne. Dessus il est inscrit « ne sont concernés par l’interdiction de vente du 23 mars, que les stocks de masques importés depuis cette date », rappelle franceinfo.

En somme, tous les stocks importés après le 23 mars auraient pu être vendus aux Français. Une directive en totale contradiction avec ce qu’avait mis en avant le gouvernement à moult reprises. Le ministre de la Santé avait lancé que si la vente était ouverte à tous les Français, « elle serait vite tarie » et la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, avait affirmé : « Non, les Français ne pourront pas acheter de masques dans les pharmacies ».

Le ministère reste muet

De quoi déboussoler donc, d’autant que le Conseil d’Etat est venu un peu plus défendre les professionnels du secteur. « Il y a beaucoup de pharmaciens qui ont tout à coup découvert qu’on leur a menti depuis le 24 mars ».

Les pharmaciens n’ont pas eu accès à ce document mais ont surtout reçu des consignes strictes, explique franceinfo. De la part des syndicats mais surtout de l’ordre national des pharmaciens où les consignes étaient de « privilégier les soignants et de ne pas vendre des masques ».

Sa présidente a tenté de se justifier face à la polémique : « Nous avons suivi la consigne du ministère de la Santé, mais qui certes n’a pas foi de loi », avance Carine Wolf-Thal. Pourquoi le gouvernement n’a envoyé le document qu’un mois après ? La question reste en suspens d’autant qu’aucune réponse n’a été apportée aux sollicitations de franceinfo.

 

source

 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS