Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

29 juin 2020 1 29 /06 /juin /2020 17:17

L’ancienne ministre de l’Environnement s’est félicitée de la poussée verte aux Municipales et se verrait bien retenter sa chance…

Ce sont quelques mots qui ne sont pas passés inaperçus. Dans le Talk du Figaro, l’ancienne ministre de l’Environnement et ex-candidate à la présidentielle de 2007, a affiché des ambitions non voilées au sujet de la future présidentielle. Elle a d’abord réaffirmé sa fibre écologique : « On a bien souvent voulu me qualifier de 'plus écologiste des socialistes'. Je suis socialiste et écologiste depuis très longtemps, par les actes », affirme-t-elle.
 
Et selon elle, seule une alliance de la gauche et des écologistes peut fonctionner en 2022. « Si l'on veut qu'il y ait une alternative, un choix au second tour de l'élection présidentielle, il faut une union de la gauche et des écologistes », lance l’ancienne ministre. Avant de se poser en candidate, semble-t-il, idéale pour faire face à Emmanuel Macron ou Marine Le Pen en 2022. « Pourquoi pas ? », demande-t-elle. « J'ai dit que le moment venu, si l'on était prêts à se rassembler, je serais prête pour cette bataille. »

« Ils ne comprennent rien »

Un come-back pour la présidentielle ? Une éventualité déjà évoquée en janvier 2020 au moment où elle avait critiqué le gouvernement dont elle faisait encore partie à l’époque et la politique d’Emmanuel Macron. Elle avait alors été démise de ses fonctions d’ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique en Conseil des ministres.
 
Dans le Talk du Figaro, Ségolène Royal n’a pas hésité une nouvelle fois à égratigner le président de la République sur sa politique écologique. « Il ne comprend pas. Édouard Philippe non plus. Ils pensent que c'est marginal, ils n'ont pas compris l'enjeu économique. Ils n'ont pas cette sensibilité-là. » Surtout, elle sait ce qu’elle ne désire pas : la victoire du Rassemblement national. « Je ne veux pas être devant mon poste de télévision le soir où Marine Le Pen sera élue, première femme présidente en plus, et me dire 'je n'ai pas bougé'. Donc s'il faut bouger, je bougerai. »

SOURCE

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS