Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 11:17

Soucieux de ménager la paix civile, ce qui est une bonne chose, et de ne pas désigner les coupables, ce qui l’est moins, la place Beauvau explique que s’il y a autant d’actes anti-chrétiens en France, c’est parce qu’il y a un très grand nombre d’églises » (26) : en gros, c’est la faute aux catholiques, ils n’ont qu’à se faire plus discrets.

Après l’Eglise Saint-Sulpice en mars 2019 (1), ce fut au tour de Notre-Dame de Paris en avril (si vous ne voulez pas être qualifié de complotiste d’extrême droite par Libération, vous êtes prié de ne faire aucun amalgame, puisqu’on vous dit que Notre-Dame a brûlé parce qu’une cigarette mal éteinte, fumée par une personne qui ne fume pas, a mis le feu à une poutre en chêne vieux de 300 ans qui ne peut pas prendre feu).

  • Puis l’Eglise Notre-Dame-des-Grâces de Revel dans les Bouches-du-Rhône (3).
  • Et l’église Saint-Jacques au centre de Grenoble (4).
  • Et la cathédrale de Lavaur, dans le Tarn (8).
  • Et l’église Saint-Jean-du-Bruel près de Rodez (9).
  • Et la cathédrale de Rennes en juin 2020 (10).
  • Et l’église évangélique d’Alfortville (11) en 2017.
  • Et l’église évangélique de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) en 2016 (12).
  • Et le double incendie volontaire, à deux jours d’intervalle, dans l’église Saint-Lô de Bourg-Achard (Eure) (13).
  • Et l’église Saint-Esprit de Bayonne, victime elle aussi d’un incendie volontaire (14).
  • Et l’église Saint-Vaast de Béthune (15).
  • Et l’église Notre-Dame à Eyguières, en Provence (16).
  • Et l’intérieur de l’église évangélique de Manosque, dans le sud de la France, endommagé par sept départs de feu (17).
  • Et le bureau du curé de la paroisse Saint-Clément de Rouen (18).
  • Et l’église Notre-Dame-de-la-Sauvegarde, avenue Ben Gourion à Lyon (19).
  • Et les trois départs de feu à l’Eglise Saint Louis de Fontainebleau (20).
  • Et à l’église Saint-Amand-sur-Sèvre (21).
  • Et l’incendie d’origine volontaire, le 30 décembre 2019, dans une petite chapelle de l’église Sainte-Madeleine à Toulouse (22).

Je pourrais hélas continuer encore longtemps, mais vous avez compris le tableau.

Tous ces incendies sont d’origine criminelle (les très nombreux incendies d’origine accidentels ne font pas partie de cette courte liste).

 Et puis Nantes

Comment réagissent les médias

Soit ils couvrent les incendies et se ruent sur la classification en accident avant même la fin de l’enquête (5), soit ils accusent ceux qui doutent de faire partie de la fachosphère et de diffuser des hoax d’extrême-droite, soit ils gardent le silence.

Et quand ils ne peuvent vraiment pas ignorer les incendies volontaires, ils font de leur mieux pour taire les motifs des coupables – qui ne sont jamais désignés par leurs noms, alors que les nommer dans la presse permettrait d’en dissuader beaucoup, et favoriserait cette paix civile souhaitée par tous.

Les journalistes auraient dû enquêter sur les incendies volontaires des églises : informer, couvrir l’actualité, c’est le cœur de leur travail.

Au lieu de ça, que feront-ils ? Ils concentrèrent toute leur énergie à traquer, calomnier, traîner dans la boue et ridiculiser des blogs et petits sites internet inconnus qui évoquent, souvent en mélangeant accidents et actes volontaires, les incendies d’églises.

  • Ainsi, RTBF (27) titrait en mai 2019 : « Non, en 10 mois il n’y a pas eu 11 édifices chrétiens qui ont brûlé en France », en prenant pour cible un blog minuscule, « Inaptocratie« .
  • France 24 parla d’Amalgames et confusions autour des incendies d’églises.
  • Libération : « d’où sort cette carte des « églises brûlées » ?

Seul ou presque, nos confrères du Monde, pour une fois, firent leur travail : « Dégradations d’églises : une hausse réelle, des intentions variées » écrivait le quotidien du soir le 23 avril 2019 (28).

Et si mes confrères, au lieu de se crisper pour nier la réalité, comprenaient que c’est précisément pour cela que les gens n’ont plus confiance, et voulaient se donner la peine de travailler un peu, ils auraient relevé les vrais incidents suivants, soigneusement documentés par la presse :

  1. Eglise Saint-Sulpice à Paris,
  2. Maisons-Laffitte,
  3. Saint-Nicolas à Houilles,
  4. Saint-Nicolas à Houilles, encore une fois,
  5. Saint-Nicolas à Houilles, une troisième fois !
  6. Notre-Dame à Dijon,
  7. Saint-Alain à Lavaur,
  8. Notre-Dame-des-Enfants à Nîmes,
  9. Basilique de Saint-Denis,
  10. Incendie volontaire à Notre Dame-des-Grâces de Revel,
  11. Eglise Saint-Jacques à Grenoble, où le doute persiste, mais pas sur les dégradations de la façade de la Maison Diocésaine.
  12. Chapelle Notre-Dame-de l’Accueil, située sous l’église Saint-Jean, rue Irvoy à Grenoble
  13. Notre- Dame-de-Grâce à Eyguières (Bouches-du-Rhône),
  14. A Béthune, l’église Saint-Vaast,
  15. L’église de Saint-Jean-du-Bruel dans l’Aveyron,
  16. Orléans, incendie criminel, dégradations et tags haineux dans une église
  17. L’église Saint Brigide de Plappeville près de Metz.

La cathédrale de Nantes, une ligne de plus dans une liste. Un prétexte de plus, pour les journalistes, pour attaquer ceux qui la remplissent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS