Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 12:23

Les cours de récréation sont accusées par les élus EELV d’être conçues pour favoriser les activités des garçons, au détriment des filles. Avec leur sens des priorités bien connu, les mairies vertes entendent y remédier.

L’aménagement urbain comme moyen de rétablir l’égalité femmes/hommes apparait pour ce qu’il est: une escroquerie intellectuelle

La dernière en date : les cours d’école « dégenrées ». Selon Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble : « Les cours d’école de nos enfants ressemblent à des parkings en bitume, brûlantes en été et trop réservées aux pratiques des garçons.

La solution : débitumiser, dégenrer, végétaliser et potagiser! ». On ne sait pas trop si cela signifie que les femmes appartenant plutôt à la nature et les hommes à la culture – selon d’anciennes distinctions genrées – créer un potager au centre de la cour devrait les amener à réoccuper l’espace le plus visible.

Et puis le potager, c’est l’étape avant la cuisine. Cela permet aux filles de s’adapter en douceur à leur futur biotope. À moins que la fille relevant de l’espace domestique, elle ne puisse trouver son bonheur qu’en faisant de la décoration végétale d’extérieur. En tout cas il est manifestement impensable qu’elle puisse aimer les jeux de ballon.

La stupidité le dispute à l’inefficacité

Autre problème, d’après la lecture « genrée » de la cour d’école, les garçons en occuperaient le centre et les filles, la périphérie.

Or cette vision qui voit ceux qui sont en périphérie comme écarté du pouvoir ne serait-elle pas affreusement masculino-genrée ? la position de l’observateur est souvent décentrée, décalée pour être plus pertinente et recueillir le maximum d’informations.

[...]

C’est cette infériorité qui explique que dans certains quartiers seuls les hommes occupent l’espace public. Etant vouées à l’intime, les femmes n’ont rien à faire dehors. En revanche ce constat ne se vérifie pas partout, il suffit de se promener au cœur de Paris. Face à cette réalité, l’aménagement urbain comme moyen de rétablir l’égalité femmes/hommes apparait pour ce qu’il est : une escroquerie intellectuelle qui permet aux politiques de se laver les mains des droits des femmes tout en revendiquant un investissement féministe. Ils élèvent la tartufferie au rang d’art.

À Paris, les mêmes voulaient élargir les trottoirs

C’est ainsi que la recommandation de certaines féministes françaises, confrontées au harcèlement de rue que subissaient les femmes aux alentours de la Porte de la Chapelle – harcèlement lié à la présence de migrants et d’hommes éduqués dans un milieu où la femme n’est pas l’égale de l’homme mais sa servante ou sa proie – fut de proposer que l’on élargisse les trottoirs…

Or le problème venait de mentalités archaïques, inadaptées à nos libertés civiles et réactivées par la montée d’un islam politique qui a fait du refus de l’égalité de la femme, le cheval de Troie de son attaque contre la démocratie et la laïcité. On voit donc que pour défendre l’égalité femme/homme, il ne suffit pas d’arracher le bitume des cours d’école.

La dégradation de la condition de la femme dans certains territoires est d’abord liée à la réalité de sa condition d’inférieure dans la plupart des pays d’Afrique ou du Maghreb et est encore accentuée par l’emprise croissante d’une idéologie politico-religieuse qui la considère comme impure, fait du refus de l’égalité une prescription divine et lui demande d’exhiber son acceptation de sa condition inférieure par le port du voile.

[...]

De la poudre aux yeux

Voilà pourquoi Eric Piolle « dégenre » à tout va à coups de pelleteuse, mais confronté à une offensive liée à l’islam politique et s’attaquant directement à l’égalité entre les hommes et les femmes dans sa ville, il s’est révélé parfaitement veule.

En effet, Grenoble a été la cible de ces activistes d’Alliance citoyenne qui, de d’Aubervilliers à Lyon, essaient d’imposer le port du voile partout et jusque dans les bassins. Leur combat visant à installer par la force et le refus du règlement le burkini dans les piscines publiques a été très médiatisé et, là, le maire n’a rien eu à dire sur le sexisme revendiqué par ce signe qui fait de la femme un être sale et inférieur.

Tout comme les écologistes politiques trichent en faisant du nucléaire, le mal absolu alors que les trajectoires identifiées par le GIEC pour lutter contre le réchauffement climatique s’appuient sur une part de nucléaire dans la stratégie énergétique, l’écologie politique se fourvoie en croyant qu’elle fera progresser la cause des femmes en réaménageant les espaces urbains et en faisant la promotion de l’écriture inclusive.

lire la suite >SOURCE

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS