Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 12:13

En novembre 2020, il va y avoir du changement côté porte-monnaie : le prix des paquets de cigarettes et de tabac à rouler augmente de quelques centimes, tout comme celui du gaz.

 

Chaque mois apporte son lot de nouveautés. Et novembre n’y échappera pas. À partir du 1er, le porte-monnaie des fumeurs ou des clients d’Engie abonnés aux tarifs réglementés du gaz va notamment s’alléger de quelques euros… On fait le point.

 

Les tarifs du gaz augmentent de 1,6%

Les prix du gaz ayant évolué sur les marchés internationaux et sur celui du gaz naturel liquéfié, les tarifs réglementés vont augmenter de 1,6% par rapport au barème en vigueur.

Cette hausse, moindre par rapport à celle d’octobre 2020, ne sera pas la même pour tous les abonnés : elle sera de

  • 0,4 % pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson
  • 0,9 % pour les foyers qui ont un double usage (cuisson et eau chaude)
  • 1,7 % pour les clients qui se chauffent au gaz, détaille la Commission de régulation de l’énergie (CRE).
  • Les paquets de cigarettes coûteront plus cher

    Novembre, c’est le mois sans tabac. Afin d’inciter les fumeurs à réduire leur consommation, un arrêté publié au Journal officiel le 9 octobre 2020 prévoit une hausse des prix de vente au détail des cigarettes, cigarillos, cigares et tabacs à rouler.

  • Les retraites du privé gelées

    Normalement, le 1er novembre est synonyme de revalorisation pour les retraites complémentaires des ex-salariés du privé. Mais ce ne sera pas le cas cette année.

    Le conseil d’administration de l’Agirc-Arrco (organisme de retraite complémentaire) a décidé de les geler, le niveau de l’inflation (qui sert de référence pour le calcul de l’augmentation des pensions) étant faible. Le contexte de la crise sanitaire n’aidant pas les choses en faisant baisser les cotisations et donc les ressources du régime…

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS