Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 00:28

0802burqa

Selon le Pape François, nous devons accueillir les étrangers à la recherche d’une vie meilleure, leur ouvrir nos portes et nos cœurs.

Ne devrait-il pas demander aux étrangers à qui nous offrons l’hospitalité, de respecter nos lois, nos citoyens, nos démocraties ? Depuis l’ouverture de nos frontières aux immigrés non européens et malgré notre générosité à leur égard, les services de la lutte anti-terroriste et de la sécurité intérieure ne chôment pas et pour cause : guidées par la haine de l’Occident, les cellules terroristes islamistes ne cessent de se multiplier et menacent la sécurité et la stabilité de nos pays. Etrange façon de nous remercier.

Soeren Kern a analysé la situation en Italie dans un article « Italie : se battre pour Allah ». Hélas, la situation ne diffère pas de celle des autres pays occidentaux ayant accueilli de nombreux immigrés de confession musulmane. Certes, les islamistes représentent une minorité, du moins pour l’instant, mais nul besoin d’être nombreux pour semer l’horreur, la souffrance et la mort.

Selon les responsables italiens de la sécurité, certains jihadistes italiens ont des liens avec un groupe salafiste belge, Sharia4Belgium, et cherchent activement à recruter d’autres musulmans pour renverser la démocratie en Italie.

Les services chargés de la lutte antiterroriste surveillent activement plusieurs dizaines de musulmans « italiens », ayant acquis une expérience de combat en Syrie et prêts désormais à mener la guerre sainte, le jihad guerrier de conquête, en Italie.

Entre 45 et 50 « citoyens italiens » – pour la plupart des immigrants musulmans d’Afrique du Nord, venus chercher une vie meilleure en Italie, mais aussi certains convertis italiens à l’islam – ont combattu en Syrie aux côtés des forces rebelles anti-Bachar al-Assad.

De retour en Italie, ces jihadistes, dont plusieurs femmes, utilisent Internet pour diffuser la propagande jihadiste et entrer en relation avec d’autres islamistes radicaux.

Depuis, les autorités italiennes, ont été confrontées à une interminable série de menaces jihadistes à travers le pays.

En Juin 2013, la police anti-terroristes de Brescia avait arrêté un blogueur marocain de 21 ans, accusé d’avoir incité les musulmans à mener le jihad contre l’Italie et la France.

Selon la police, le suspect avait créé une « branche italienne » de « Sharia4″ via son blog, Sharia4 Italy, et avait recherché des cibles potentielles pour lancer des attaques terroristes. Il avait exprimé un intérêt croissant pour le conflit en Syrie et avait fait part à un interlocuteur en ligne de son intention de rejoindre les jihadistes pour renverser Assad.

Le blogueur marocain avait également utilisé Internet pour s’instruire sur l’utilisation d’explosifs, d’armes et sur les techniques de guerre.

D’après la police, il avait développé une haine de l’Occident quand encore enfant, après les attaques terroristes contre les États-Unis en Septembre 2001, il fut traité de «terroriste» et de «taliban ».

En mai 2013, un tribunal de Brescia avait condamné Mohamed Jarmoune, un jihadiste marocain de 22 ans, à plus de cinq ans de prison pour avoir planifié des attaques terroristes contre la synagogue principale de Milan et des écoles juives. (La sentence avait été réclamée pendant plus de quatre ans par le procureur de la République.)

Jarmoune, qui vivait en Italie depuis l’enfance, avait été arrêté à Brescia en Mars 2012. Les inspecteurs avaient trouvé des documents sur son ordinateur étudiant les mesures de sécurité prises par la synagogue centrale de Milan. Il était également soupçonné d’avoir préparé des attentats et organisé des groupes terroristes par l’intermédiaire de réseaux sociaux en ligne.

Les procureurs avaient accusé Jarmoune d’incitation à la haine des populations occidentales, en particulier les non-croyants et les juifs et d’avoir fait l’apologie du terrorisme et de l’attentat-suicide, via la publication sur Internet de nombreuses vidéos sur l’entretien des armes et la préparation d’explosifs, et ce, dans le but d’inciter à commettre des attentats, tout en essayant de dissimuler son identité.

Lors de son procès, Jarmoune déclara au juge, à plusieurs reprises, qu’il était prêt à se sacrifier pour Allah.

En avril 2013, la police italienne arrêta quatre hommes soupçonnés de préparer des attentats terroristes en Italie et aux États-Unis. L’un des hommes arrêtés était un imam tunisien d’une mosquée d’Andria, dans le sud de l’Italie, abritant sa cellule terroriste. (Les mosquées ne sont-elles pas censées être des lieux de prière et les imams des « religieux » prêchant l’amour, la tolérance et la paix ???). Ces mosquées-casernes-centres de recrutement de jihadistes terroristes se multiplient partout en Occident, avec la béate bénédiction de nos apologistes du multiculturalisme, du vivre ensemble, de la tolérance à sens unique, au détriment des populations de souche.

Selon la police, les hommes recrutés, des immigrants illégaux, étaient envoyés dans des camps d’entraînement terroristes en Afghanistan, en Tchétchénie, en Irak et au Yémen. La police décrivit le groupe comme étant motivé par un féroce antisémitisme et une aversion profonde envers les pays d’infidèles, comme l’Italie et les U.S.A.

Les enquêteurs accusèrent les suspects d’accomplir un travail de prosélytisme et d’endoctrinement visant à former de nouvelles recrues, les préparant psychologiquement et idéologiquement, afin de pouvoir les envoyer, sur les terres du saint jihad, parfaitement opérationnels.

La police avait déclaré avoir intercepté des messages, des textes et des conversations téléphoniques faisant l’apologie du jihad :

« Le djihad est notre destin »… « Qu’Allah jonche le sol de nos corps pour sa noble cause »… «Je veux être déchiqueté… au nom d’Allah, je suis prêt »… « Les chevaux d’Allah courent pour le djihad »… « Allah prend mon sang et éparpille mon corps pour réaliser ton dessein. Amen. »… « L’Amérique a promis de nous battre, mais Allah nous a promis la victoire, et nous verrons laquelle des deux promesses sera réalisée. »

En Septembre 2012, les autorités italiennes expulsèrent deux jihadistes libyens suspectés de préparer des attaques contre des cibles à Rome et dans d’autres villes européennes.

Les deux hommes, âgés de 26 et 28 ans, avait été accueillis en Italie pour recevoir un traitement médical, suite aux blessures subies pendant la guerre civile qui conduisit à la chute du président libyen Mouammar Kadhafi en Octobre 2011. Ils étaient en convalescence, gracieusement logés dans des hôtels de Rome, aux frais des contribuables italiens qui eux subissent les affres d’une situation économique épouvantable.

Selon le ministère italien de l’Intérieur, les deux hommes attirèrent les soupçons par leur comportement radical. Ils furent expulsés pour avoir voulu planifier une attaque afin de venger la diffusion sur Youtube d’ un film américain qui avait ridiculisé le Prophète de l’islam.

D’après les enquêteurs, les deux hommes, suspectés d’entretenir des liens avec une milice salafiste opérant en Libye, avaient organisé des activités de prosélytisme et de propagande pour le djihad dans la communauté libyenne, afin d’obtenir des moyens matériels pour mener des attaques contre les intérêts occidentaux. (Ouvrons nos pays, nos cœurs à ceux qui nous haïssent, ils nous en seront éternellement reconnaissants … mais à leur manière, selon les préceptes de la charia)

Auparavant, en juillet 2012, l’ Italie avait expulsé un imam célèbre, officiant dans une mosquée de Pérouse, après avoir été libéré de prison, où il purgeait une peine de six ans pour infractions liées au terrorisme.

Le Marocain Mostapha El Korchi, l’ancien imam de la mosquée de Ponte Felcino, était connu pour ses sermons publics d’incitation au djihad guerrier contre les «croisés» et «infidèles».

El Korchi était aussi la figure centrale d’ une enquête conduite par le service anti-terrorisme italien, qui aboutit à son arrestation et à celle de deux associés marocains en 2007, et qui permit de saisir une grande quantité de matériaux, dont plus de 50 substances chimiques suspectes, destinées à la fabrication d’explosifs. La police découvrit également les cartes, portant diverses annotations, de six villes du centre et du nord de l’Italie, incluant Milan, ainsi que des plans du réseau d’alimentation en eau de l’Ombrie, ce qui laissait envisager la possibilité d’un attentant visant à empoisonner l’eau potable. Toute l’attention de la cellule islamiste semblait s’être focalisée sur ces six villes.

Toujours en juillet, la police de Venise arrêta un imam radical et trois Syriens accusés de trafic d’êtres humains : ils avaient fait venir clandestinement en Italie des jihadistes du Moyen-Orient….

En avril, la police de la ville de Pesaro arrêta Andrea Campione, âgé de 28 ans, un Italien converti à l’islam, pour la diffusion de matériel jihadiste, y compris la publication d’instructions sur la façon de mener des attaques terroristes. La police avait déclaré que Campione avait fait part de son intention de se rendre en Afghanistan pour rejoindre les talibans il. Il avait été arrêté alors qu’il s’apprêtait à quitter l’Italie pour le Maroc avec sa petite amie marocaine.

Les enquêteurs avaient également établi un lien entre Campione et Mohammed Jarmoune, le djihadiste marocain condamné pour avoir comploté une attaque contre la synagogue de Milan. Au cours du procès, les procureurs avaient présenté une série de courriels, échangés entre Jarmoune et une femme marocaine vivant aux Pays-Bas. Un email attira leur attention : «Quand j’aurais ma maison, vous et vos enfants vous vivrez avec nous… mais je suis un moudjahidine et vous devez être prête à tout. »

Merci à la politique d’immigration sauvage de masse, à l’apologie du multiculturalisme et au politiquement correct.

Et d’aucuns s’étonnent des résultats des récents sondages dans plusieurs pays européens, montrant la défiance croissante des citoyens envers l’islam et certains de ses acolytes, de plus en plus considérés comme de véritables menaces pour l’Occident, et hurlent à l’islamophobie. Ne devraient-ils pas plutôt se poser des question quant aux raisons de ce rejet de plus en plus virulent de l’islam en Occident ?

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour www.Dreuz.info

Source : Italy: « Fighting in the Name of Allah » by Soeren Kern (traduit et adapté par Rosaly)

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International