Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 13:32
A Paris, devant un centre de relogement d'urgence pour les SDF.              
La trentaine de salariés toulousains qui répondent au « 115 », le numéro national d’appel d’urgence pour les sans-abri, a symboliquement cessé le travail pendant deux heures lundi 8 décembre.
 

Tout se conjugue, à Toulouse comme ailleurs, pour engorger le modèle français d’accueil d’urgence, le fameux SAMU social mis en place à Paris en 1993 par le médecin Xavier Emmanuelli, et étendu à tout le territoire en 1997.
 Il y a la crise économique, bien sûr, qui accroît la précarité et le nombre d’expulsions, mais aussi les migrants qui demandent l’asile en nombre croissant, et dont les centres d’accueil sont saturés. 
Il faut aussi composer avec le manque de logements sociaux et très sociaux qui permettraient de libérer des places dans les centres d’hébergement et de réinsertion.
 Les crédits ont beau augmenter, de 5 % cette année, ils restent insuffisants face à une demande qui explose.
Dans son portrait social de la France publié en novembre, l’Insee évaluait à 112 000 le nombre de personnes sans domicile (c’est-à-dire sans logement personnel, mais pas sans abri), dont 31 000 enfants. 

Ce chiffre est en augmentation entre 2001 et 2012 de 44 % sur tout le territoire, mais de 84 % pour la seule agglomération parisienne.

À Lille, près de 400 personnes à la rue en demande d’abri se retrouvent, chaque jour, sur liste d’attente. 
Elles sont 500 à Lyon, 100 à Bordeaux et 200 dans le Val-d’Oise, démontrant que de nouveaux territoires périurbains sont désormais concernés.
 À Paris, la situation est critique : le 115 reçoit, en moyenne, 5 000 à 6 000 appels par jour – avec des pics à 18 000. 

Il ne répond qu’à 1 300 personnes et ne propose de solution qu’à 700 demandeurs, et encore, grâce aux places dites hivernales, ouvertes en catastrophe dans certains gymnases.

La proportion grandissante de familles avec enfants – près de 40 % des demandeurs en 2013 – est inquiétante. 

Le 115 de Paris hébergeait à l’hôtel 29 000 personnes en famille en 2013, alors qu’ils n’étaient que 4 000 en 2004.

 Il en coûte, au seul département de Paris, 170 millions d’euros par an de nuitées d’hôtels, à raison de 17 euros par nuit et par personne, et 1,3 milliard d’euros au plan national….

Le Monde
vu sur : http://by-jipp.blogspot.fr/2014/12/13-milliard-deuros-au-plan-national.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/ojiPR+(Ma+France)

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société