Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 01:24

nigel-farage-ukipL’UKIP (Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni) vient de réaliser un score historique de 23 % aux élections locales partielles du 2 mai. Le jeu politique est bouleversé !

Au programme du parti : arrêt de l’immigration, sortie de l’Union européenne, politique référendaire, ou encore retour à la sélection scolaire.

À l’annonce des résultats, le charismatique leader du parti, Nigel Farage, pouvait savourer sa pinte de bière dans un pub en fusion. Avec ce score jamais vu, ceux que Marine Le Pen appelle « ses amis » donnent un sacré coup de boule dans la porte de l’establishment british. Les deux grands partis sentent le vent tourner, comme si leur petit jeu d’alternance depuis la nuit des temps allait peut-être prendre fin. Devançant les centristes Lib-Dem bloqués à 14 %, l’UKIP talonne les Tories (droite) à 25 %, tandis que le Labour (gauche) est en tête avec 29 %.

Comme le FN en France, le parti souverainiste rogne sévèrement, non seulement sur la droite traditionnelle, mais aussi sur le parti travailliste.

Comme le FN, les extrémistes du style nazi à deux balles sont éjectés du parti illico presto.

Comme le FN ou presque, l’UKIP n’est pas représenté au Parlement.

Comme en France, le parti bénéficie d’un transfert de voix conservatrices dû au « gauchissement » de la droite parlementaire sur le modèle de l’UMP. « Les gens se souviennent de ce qu’a été le parti conservateur », explique Farage. « Et maintenant, ils voient que ce même parti discute d’éoliennes et de mariage gay… » 

Il est vrai que de nombreux sympathisants de l’UKIP ont la nostalgie des années Thatcher, mais certains rêvent d’un passé plus lointain. Celui de l’année 1968 où un certain Enoch Powell, alors favori pour gouverner le pays, avait énoncé sa terrible prophétie : « Nous devons être fous, littéralement fous à lier dans ce pays, pour autoriser chaque année l’entrée de 50.000 personnes qui seront à l’origine de la future augmentation de la population d’origine immigrée. J’ai l’impression de regarder ce pays construire frénétiquement son propre bûcher funéraire ».

Pourtant, ces dernières semaines, David Cameron, le chef du gouvernement, avait musclé sa ligne, promettant une politique d’immigration beaucoup plus dure (le fameux discours d’Ipswich, le 25 mars), et un référendum sur le maintien ou la sortie de l’UE. C’était, soyons beau joueur, d’une autre trempe que notre Sarko national qui, durant l’entre-deux-tours des présidentielles, disait qu’il allait« rediscuter » des accords de Schengen ! Mais les efforts verbaux de Cameron n’ont pas suffit à endiguer la vague. « Ce discours de Cameron, c’est de la poudre aux yeux. La seule façon de mettre un terme à l’immigration de masse est de quitter l’Union européenne. » D’ici peu, l’UKIP pourrait devenir la première force politique du royaume, aux européennes de 2014. Va-t-on vivre la revanche d’Enoch Powell ?

http://www.youtube.com/watch?v=s9BdAPAkELI

Joris Karl, le 5 mai 2013

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique