• : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Français, laïcs ou religieux, luttons pour nos libertés, nos principes citoyens, identitaires, pour une France qui nous appartient. ______________________________ CITOYENS ET FRANÇAIS propose une revue de Presse : politique, religions, immigration, société, emploi, économie, Sciences, international, histoire, syndicats. ______________________________ Ce blog tient une rubrique faits divers sur Facebook et Twitter. Cliquez sur les logos ci-dessous.
  • Contact
  • Retour à la page d'accueil

Les faits divers du site sur :

module facebook module-twitter.jpg

Proposer un article

♫ HIP HOP de VERSAILLES ♪ Monastère Amer

♫ Moi j’paie plus mes impôts ♪


Texte de la chanson >>  cliquez içi

♫ LES LARMES DU DRAPEAU ♪

♫ e-slam plutôt qu'islam ♪

♫ The Singing Pigeon : je taxe ♪

Clip réalisé par Gérard Penkhoss


Excision : le clip de Latty tragique et émouvant mais
un espoir pour mettre fin à cette coutume barbare,
misogyne et inhumaine

♫ Denis KISS - Notre France ♪

Thèmes du blog

Traducteur

Rechercher

Samedi 6 juillet 2013 6 06 /07 /Juil /2013 02:30

Faut-il que tous les matins les Français se fouettent pour expier d’avoir été d’affreux esclavagistes au 18e siècle, de brutaux colonialistes au 19e et de serviles collabos au XXe ? Bien évidemment non.

Mais s’ils aiment tant se fouetter alors qu’ils le fassent allègrement pour avoir été les complices de nos ennemis du FLN et les avoir aidés à assassiner des dizaines de milliers d’européens et de harkis en Algérie ce 5 juillet 1962.

Puisque le Président de la république, François hollande, a ce côté « maso » qui lui permet d’apprécier les « flagellations », comme nous le constatons depuis son élection, par exemple :

**En commémorant les « massacres » du 17 octobre 1961 (une rose dans la Seine). **En s’inclinant devant les « martyrs » de l’indépendance algérienne (les victimes du seul côté arabe bien entendu).

**En déclarant que la colonisation de la France fut « injuste et brutale ».

**En félicitant le président Bouteflika pour la célébration du 1er novembre 1954, en  adressant ses félicitations au chef du FLN le jour même de l’assassinat (cinquante-huit ans plus tôt) de six français et de quatre musulmans fidèles à la France, et pour les bombes qu’il a faites exploser ce 1er novembre 1954, date qui a marqué le début du massacre de milliers de nos enfants, de vos enfants mères métropolitaines.

Cela serait qualifié, en temps de guerre, comme « intelligence avec l’ennemi » et passible du peloton d’exécution.

Et j’en passe…

Nous lui fournissons l’occasion de se « flageller » une nouvelle fois mais c’est nous, les « Pieds Noirs », qui lui administrons le « knout », et avec quel plaisir !!

***Nous exigeons qu’il ait quelques mots de compassion devant une stèle commémorant nos morts (qu’il choisisse celle qui lui conviendra le mieux, il y en a tout de même quelques-unes en France, mais nous lui conseillons celle du « mur des disparus » à Perpignan) en ce 5 juillet 2013 (puisque à cette même date, en 2012 pour les 50 ans, il était tout frais président et n’avait pas dû y penser) afin de faire silence durant une minute dans le but de commémorer la disparition, enlèvements et le massacre de 239 soldats français, de 1580 civils et plus de 3800 oranais (femmes et enfants compris), tous innocents, entre le 19 mars et le 5 juillet 1962.

Et, afin de lui éviter une répétition, quelques minutes de silence supplémentaire pour les plus de 60.000 harkis abandonnés désarmés au massacre de l’ennemi sur ordre de De gaulle par l’armée française, à l’exception de quelques braves officiers qui ont « rapatrié », contre les ordres, quelques milliers de harkis.

**Et puisque nous parlons de l’armée française, il est bon de rappeler qu’il est quelquefois nécessaire qu’elle désobéisse aux ordres des politiques (cela s’est déjà produit) et, aujourd’hui, il serait tout à son honneur malgré son devoir de réserve, que la « grande muette » désavoue publiquement ses officiers qui l’ont honteusement salit en obéissant aux ordres de leur hiérarchie, les généraux assassins Katz, Ailleret et Debrosse, obligeant leurs soldats à rester l’arme au pied pendant qu’on enlevait et massacrait des Français dans toute l’Algérie et donné l’ordre d’en assassiner quelques dizaines d’autres en mars 1962 à Bab-el-Oued et rue d’Isly.

Ceux qui sont tombés sous les balles des gendarmes Français et de l’armée gaulliste sont morts pour la Patrie et ils étaient souvent des militaires comme eux !

Qui, aujourd’hui, serait prêt à mourir pour la « Patrie » ? Personne, à part les militaires.

Il y a des taches de sang dans l’Histoire de la France, mais pas uniquement hors de ses frontières, sur son propre sol également, et si elle tient tant à se repentir (par l’intermédiaire de son actuel président) qu’elle commence par « NOUS » et qu’elle ait une pensée devant cette stèle commémorant les victimes françaises (Pieds Noirs et Harkis) assassinés par le FLN, avec la complicité de l’armée française, sur l’ordre de De Gaulle.

Et comme beaucoup veulent en référer à CAMUS, écoutons-le :

  

« Une nation ne doit pas oublier les raisons qu’elle peut avoir de s’estimer elle-même. Il est dangereux de lui demander de s’avouer seule coupable et de la vouer à une pénitence perpétuelle » (Albert Camus)

 

MANUEL GOMEZ

Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés