Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/10/2015

 

 

 

25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 00:40

Un tiers des jeunes dans les pays développés ne sont ni à l’école, ni au travail, s’alarme l’Organisation internationale du travail. La seule solution pour inverser la tendance est de renouer avec la croissance.

Le taux mondial du chômage des jeunes reste bloqué à son plus haut niveau de la crise et ne devrait pas redescendre avant 2016 au moins. Selon les dernières prévisions de l’Organisation internationale du Travail (OIT), il atteindra cette année 12,7%. Il serait même de 13,6% sur 2011, si l’on prenait en compte ceux qui, faute de perspectives, abandonnent leur recherche d’emploi. L’OIT chiffre au total à 75 millions le nombre de jeunes chômeurs âgés de 15 à 24 dans le monde, soit quatre millions de plus qu’en 2007.


La situation est particulièrement alarmante dans les économies développées, où le taux dépasse les 18%, jusqu’à 22,6% dans l’Union européenne, selon les dernières statistiques d’Eurostat de mars. Pire, en Grèce ou en Espagne, c’est un jeune sur deux qui n’a pas de travail.

Plus inquiétant encore, pointe l’organisation internationale de Genève, est l’augmentation des 15-24 ans qui sont à la fois hors des circuits d’emploi et d’étude. Cumulés avec le nombre de chômeurs, cela touche un tiers des jeunes dans les pays développés. « Il y a un vrai risque de génération perdue », commente Ekkehard Ernst, expert à l’OIT.

D’autant, relève encore l’OIT, que de nombreux jeunes « sont confinés dans des emplois temporaires, faiblement productifs qui n’augurent pas de meilleurs emplois ».

La seule solution, à court et moyen terme, pour inverser la tendance, est de renouer avec la croissance. Pour le directeur exécutif de l’OIT, José Manuel Salazar-Xirinachs, la crise du chômage des jeunes peut être vaincue, à condition que cela devienne une priorité politique et que les investissements dans le privé s’accélèrent radicalement.

« Cela comprend des mesures comme des allégements fiscaux et autres incitations pour les entreprises qui embauchent des jeunes, des efforts pour réduire le décalage de compétences, des programmes qui intègrent formation qualifiante, tutorat et accès aux capitaux, ainsi que l’amélioration de la protection sociale », a précisé le directeur.

Le Figaro

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société