Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 02:22

La Seine-Saint-Denis est l’un des départements où il y a le plus d’immatriculations de véhicule de grosse cylindrée. C’est aussi le département métropolitain qui coûte le plus cher au budget de l’Etat.

Mais c’est « les yeux grands fermés » (Michèle Tribalat) que les médias observent l’immigration. Il s’est même trouvé un universitaire lillois pour affirmer que l’immigration rapportait plus qu’elle ne coûtait : sans doute, pour M. Chojnicki, le moyen le plus facile de se faire connaître, à défaut d’être bien… sérieux.

Toutes les autres études concluent au contraire à un surcoût budgétaire dû à l’immigration : de 17 milliards dans la dernière étude Jean-Paul Gourévitch (2012) ; de 42 milliards chez Pierre Milloz (1997) dont l’étude ancienne continue de faire référence par sa rigueur méthodologique, de 73 milliards chez Yves-Marie Laulan (2012). Jean-Yves Le Gallou a, lui, évalué à 18 milliards le seul coût d’entrée et d’accueil des 200.000 immigrés supplémentaires annuels (coût en infrastructure notamment).

André Posokhow aboutit au chiffre de 84 milliards : l’équivalent du déficit public.
Ce chiffre, plus élevé que celui d’autres études, s’explique par le caractère global de
 l’étude :

André Posokhow prend en compte les secteurs où il y a clairement des surcoûts 
dus à l’immigration :la police et la justice, par exemple.

Mais il ne néglige pas pour autant, contrairement à d’autres études moins complètes,
 les autressecteurs tels que l’éducation ou le logement où il y a, là aussi, des surcoûts
 mais aussi des coûts toutcourts qui doivent être pris en considération. 
André Posokhow prend en compte l’ensemble desrecettes fiscales et sociales dues 
à l’immigration ; par souci de cohérence, il réimpute aussi àl’immigration un coût
 moyen des services publics auxquels les immigrés et descendants d’immigré
saccèdent proportionnellement aux autres résidents. Le rapport prend aussi en 
compte, en dépensescomme en recettes, les collectivités territoriales. 
Au final, le rapport Posokhow fait apparaître un solderecettes/dépenses négatif de
 63 milliards.

Enfin, André Posohow n’oublie pas que sur les trente dernières années l’immigration 
a contribué audéficit public. Ce déficit public a lui-même coûté au budget de l’Etat
 en intérêts versés ; intérêts versésqui ont eux-mêmes nourri l’endettement. 
Au final, André Posokhow estime à 21 milliards les intérêts annuels de la dette en 2013
 qui ont pour origine ce déficit.

C’est ainsi qu’on arrive à un total de 84 milliards : un gisement d’économies 
considérable dans laperspective du redressement des finances publiques.

Polémia livre ci-dessous à ses lecteurs la présentation de son étude par André Posokhow, ainsi 

que letexte intégral de l’étude en PDF. Polémia invite ses lecteurs à faire part de
 leurs observations. D’autres études suivront : une monographie sur la Seine-Saint-Denis et des analyses plus fines du coût desdifférentes immigrations selon leur 
provenance géo-civilisationnelle.
Polémia

>>>  Présentation par son auteur de l’étude sur le coût net de l’immigration
 pour les finances publiques dela France

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration