Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 02:55

 

 

Le gouvernement abroge l'exonération de charges sociales, uniquement pour les salariés créateurs ou repreneurs d'entreprise. Une absurdité quand on dit vouloir encourager l'entrepreneuriat.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

 

Il est curieux d’entendre le gouvernement plaider en faveur de la reprise des entreprises en difficulté par les salariés et de le voir prendre une telle mesure. En effet, les députés ont confirmé la semaine dernière une mesure du projet de loi de finances pour 2013 (article 71) prévoyant l’abrogation de l’exonération de cotisations sociales accordées aux salariés créateurs ou repreneurs d’entreprise à compter du 1er janvier 2013.

Un double discours

La justification d’une telle mesure, selon le gouvernement, est que cette mesure, instituée par la loi du 1er août 2003 pour l’initiative économique, n’a pas eu l’effet escompté et que le régime de l’auto-entreprise, mis en place depuis, (et que le gouvernement torpille)  s’est dans les faits substitué à ce dispositif. Le gouvernement, qui souhaite éviter la superposition d’outils, a rappelé, lors des débats, qu’il existe toujours une exonération du même ordre dans le cadre du dispositif ACCRE (aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise), lui même récemment amputé par le gouvernement.

Autrement dit, au moment des grands discours sur la compétitivité et sur le dynamisme entrepreneurial, le gouvernement continue, une flèche après l’autre, à torpiller toute initiative et tout velléité de création d’entreprise.

 

source

Sur le web

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie