Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 01:20

Absentéisme : la Cour des comptes met Delanoë sur le grill

Si il y a bien une course que l’administration sous toutes ses formes ne perdra jamais, c’est bien celle bien celle de l’absentéisme.

On savait déjà que l’académie de Paris figure sur la plus haute marche du podium en matière d’absentéisme scolaire.

On apprend que le personnel de la Ville musarde sous la mandature de Bertrand Delanoë.

Selon un rapport de régional de la Cour des comptes, relayé par l’opposition, le nombre de jours ouvrés perdus s’élevait à plus de 1,15 million soit environ 20 jours par an et par agent de la  commune et du département en 2011.

Plus de 160 millions d’euros gaspillés

En 2007, l’inspection générale chiffrait déjà le coût annuel de l’absentéisme à 160 millions d’euros, rapportent les ténors UMP avec un taux inférieur de plus de 2 points à sa valeur actuelle. Six ans plus tard on se demande à combien se monte la facture, la mairie de Paris ayant recruté 10 000 personnes depuis 2001.

Cette dérive n’a fait que s’accentuer au fil du temps : en 2009 le taux global d’absence atteignait 10,94% contre 10,69% un an plus tôt et 9,71% en 2007, indique-t-on de même source.

C’est parmi les agents techniques de la petite enfance (18,25%), des auxiliaires de puériculture (15,84%), et des éboueurs (15,80%) que l’on trouve le tiercé gagnant en matière d’absentéisme, le vieillissement des personnels expliquant pour partie cette dérive des matinées polochon.

En moyenne, 23,6 jours d’arrêt dans la « territoriale »

Ce qui est vrai à Paris, l’est également partout en France dès lors que l’on parle de fonction publique.

N’en déplaise à Marylise Lebranchu, l’absentéisme est bien le grand fléau du secteur, notamment pour des raisons de santé alors que, sauf au top niveau, l’administration n’est pas encore réputée pour ses rythmes endiablés.

Cet absentéisme pour raison de santé s’élève à 23,6 jours dans la , soit près de 5 semaines d’absence par agent et par an en moyenne.

Toutes fonctions publiques confondues, le bilan n’est guère meilleur. Il atteint 22,6 jours par agent et par an. D’après la société Alma Consulting Group, on ne recense que 9 jours d’absence dans le privé pour des raisons de santé équivalentes.

C’est afin de limiter ces jours d’absentéisme à répétition qu’un jour de carence (contre 3 dans le privé) avait été introduit dans la fonction publique sous la majorité précédente.

Bien qu’elle ait permis de réaliser une économie annuelle de 120 millions d’eurosMarylise Leranchu a annoncé qu’elle serait supprimée le 1er janvier prochain aux motifs que, selon la Dares, l’absentéisme dans la fonction publique n’y est pas important que dans le privé, les effets du jour de carence sur l’absentéisme n’étant, par ailleurs, pas démontrés !

On croit rêver…  mais certains restent bien éveillés. Contribuables Associés à rédigé une pétition en faveur du rétablissement de ce jour de carence. Elle a déjà été signée par des milliers de Français. Signez la pétition en cliquant ICI.

A vous de jouer !

source

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie