Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 01:05

 

Achat de votes à Corbeil-Essonnes: ouverture d'une information judiciaire

Trois ans après le lancement d'une enquête préliminaire sur des achats de votes présumés à la mairie de Corbeil-Essonnes, le parquet de Paris ouvre une information judiciaire pour corruption, abus de biens sociaux, blanchiment, achat de votes. Retour sur les remous qui ont frappé la ville de Corbeil, fief de l'industriel Serge Dassault. 

Le parquet de Paris vient d'ouvrir une information judiciaire pour corruption, abus de biens sociaux, blanchiment, achat de votes, sur des achats de votes présumés pour les élections municipales de 2008 à 2010 à Corbeil-Essonnes. Désormais, un juge d'instruction va se plonger au coeur du "système Dassault". 

 

Une enquête préliminaire avait été ouverte en 2010 après un signalement de Tracfin (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits Financiers clandestins), la cellule anti-blanchiment de Bercy. Tracfin avait alors repéré des flux d'argent suspects qui pourraient mettre en cause Serge Dassault, PDG du groupe Dassault et président d'honneur de Dassault Aviation,maire (UMP) de Corbeil-Essonnes de 1995 à 2008Jean-Pierre Bechter, secrétaire général de la fondation Dassault, lui a succédé en 2010 à la tête de la ville. 

Voilà six ans que cette municipalité de 43 000 habitants vit au rythme des affaires, mêlant prêts douteux, menaces téléphoniques, extorsions de fonds présumés, et même coups de feu

Le Conseil d'Etat invalide l'élection de Serge Dassault en 2009

Les premiers soupçons sont publiquement évoqués dans un article du Canard Enchaîné de 2007. L'hebdomadaire satirique affirme alors qu'un conseiller municipal proche des habitants du quartier des Tarterêts, à Corbeil, Samba Diagouraga, a perçu un versement de 500 000 euros sur son compte bancaire, effectué par Serge Dassault. L'industriel, contacté par le Canard Enchaîné, indique que cet argent est un "prêt" destiné à financer des "actions humanitaires" et des "projets industriels" au Mali.

Une première enquête préliminaire est confiée au parquet de Paris mais le dossier est classé sans suite quelques mois plus tard. L'affaire aurait pu s'arrêter là. Mais en 2009, alors que Serge Dassault entame son troisième mandat de maire, le Conseil d'Etat invalide son élection de 2008. Plusieurs habitants de Corbeil le mettent en cause, évoquant par écrit des dons d'argent, avant de se rétracter. La juridiction administrative tranche: "S'agissant des comptes de campagne, le Conseil d'Etat a rejeté celui du maire sortant, en raison des dons d'argent effectués par ce dernier pendant la période électorale, dont les montants n'étaient pas retracés par le compte. En conséquence, l'intéressé a été déclaré inéligible pour un an aux fonctions de conseiller municipal". 

En 2010, Jean-Pierre Bechter, bras droit de l'ex-maire, est élu à la mairie de Corbeil-Essonnes. Mais l'histoire se répète: des soupçons pèsent sur les pratiques électorales locales. D'ailleurs, le parquet d'Evry, alerté une nouvelle fois par Tracfin, enquête sur des présomptions d'achat de voix, à l'occasion des deux élections de 2008 et de 2010. Le parquet de Paris est bientôt saisi du dossier. En décembre 2012, le Canard Enchaîné conforte ces soupçons. Il révèle qu'une somme de 1,7 million d'euros aurait transité par le Liban, avant d'arriver, quelques semaines avant l'élection municipale de 2010, entre les mains d'intermédiaires chargés de la distribuer aux militants et électeurs. 

Comme la justice n'a jamais rien fait, pour nous, c'était légal 

L'ombre du "système Dassault" ressurgit, de manière soudaine et violente cette fois, en janvier dernier. Deux fusillades éclatent au coeur de la ville. L'une des deux victimes de ces tentatives d'assassinat, Rachid Toumi, se confie aux enquêteurs et à la presse. Il dit avoir été "recruté" par Jean-Pierre Bechter pour fédérer des électeurs sur la base d'un "arrangement". 

En février dernier, il témoigne dans une interview vidéo au Parisien d'un "système mafieux" qui règne, selon lui, depuis plusieurs années à Corbeil. Promesse de don d'argent contre promesse de voix. "J'ai toujours vu des gens toucher de l'argent [...]. En 2000, c'était quelques-uns. Puis les gens ont grandi. Aujourd'hui, chacun veut sa part. Comme la justice n'a jamais rien fait, pour nous, c'était légal. C'est un travail", dénonce-t-il, le visage caché. Rachid Toumi assure que plusieurs rabatteurs n'ont pas perçu leurs enveloppes. Lui-même n'aurait pas reçu les 100 000 euros que Serge Dassault lui aurait promis pour son projet de garage automobile alors qu'il militait en faveur de Jean-Pierre Bechter. 

L'actuel maire de Corbeil a affirmé à l'AFP ne pas connaître Rachid Toumi et mis ces déclarations sur le compte d'une "pré-campagne électorale". "Il est manipulé [...]. En 2008, il se baladait avec un mégaphone dans une cité pour dire des insanités sur Serge [...]. Tout ça, c'est du baratin, c'est du n'importe quoi", avait rapporté Jean-Pierre Bechter. 

L'entourage commun du maire et de l'avionneur met ces fusillades sur le compte de "vieux conflits" entre "ex-voyous" des cités et parle des "fantasmes" suscités dans les quartiers par la fortune de Serge Dassault. 

En parallèle de l'information judiciaire portant sur les achats de vote, deux autres procédures sont en cours. Elles sont cette fois à l'initiative du camp Dassault. Une enquête préliminaire doit faire la lumière sur une possible tentative d'extorsion en bande organisée suite à de possibles prêts accordés par Serge Dassault à des habitants de Corbeil-Essonnes pour un montant estimé à moins de 400 000 euros. Enfin, un juge d'instruction enquête sur des appels malveillants, notamment des envois de textos, visant l'entourage de l'homme d'affaires;

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique