Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 01:23

TEMOIGNAGE D'UN FRONTALIER EN RETRAITE

Sans doute l'avez-vous entendu ces derniers mois, notre Ministre de la Santé Marisol Touraine ET le gouvernement ont décidé d'affilier de force à la CMU les 169000 Frontaliers travaillant sur Suisse.
Dès le début du phénomène "frontalier", je l'ai moi-même connu en 1969 lors de mon 1er emploi en Suisse et jusqu'à peu, il n'y avait aucune possibilité pour ce travailleur expatrié d'obtenir une couverture de la Sécurité Sociale de cette époque, car il n'y avait aucun versement possible - par les entreprises suisses -  de la part patronale.
La couverture en Suisse n'était pas non plus possible car tous ces travailleurs retournaient quotidiennement dans leurs villages français et n'étaient donc pas "résidents" sur le territoire suisse.
La solution a été trouvée en négociant une assurance maladie privée avec une cie d'assurance, à l'époque  La Strasbourgoise.
Cette solution a perduré jusqu'à la réforme de la SECU en CMU qui a ouvert la possibilité de s'affilier en maladie, l'accident étant couvert intégralement par l'employeur suisse.
Compte tenu des cotisations prohibitives de la CMU - puisqu'il n'y a toujours pas de versement  patronal – seuls quelques frontaliers ont opté pour cette solution. Les 99,xx % restant ont conservé leur couverture privée, soit auprès d'assurances suisses – LAMAL ou  contrat-groupe employeur - soit auprès d'assurances maladie privées françaises qui ont fleuri et multiplié leurs offres.

Qu'en est.il aujourd'hui ?
Le déficit croissant de la SECU, dont on ne connait pas ailleurs le juste montant, tant les chiffres variés circulent - selon les époques électorales ou pas, les partis de droite ou de gauche, les ministres en charge, les débats politiques - ont incité le gouvernement a prendre dans la poche de cette frange de travailleurs - croit-on plus nantis que ceux de France, puisque ayant du travail et un salaire - des sommes de l'ordre de 8% du revenu fiscal (!) pour combler, ou tout le moins éponger le déficit grandissant et non maitrisé depuis des années. Personne d'ailleurs au sein de cette administration ne sait dire ce qu’il y rentre et ce qu’il en sort, pour quels soins et quels remboursements.
Bien sûr, les Frontaliers ont fait et font une forte opposition à ce racket organisé :
- ils ne veulent pas d'une administration qui va prélever des cotisations exorbitantes avec des prestations sans cesse rognées ou en disparition

-          Journées hospitalières remboursées au tarif plancher

-          soins dentaires, optique remboursés des montants dérisoires,

-          tous les soins de kiné, rééducation non couverts,

-          médecines "naturelles" couverts,


en bref, payer 400€ à 500€ par mois PAR PERSONNE DU FOYER à la CMU et devoir encore payer 80 à 100€/mois PAR PERSONNE DU FOYER à une mutuelle qui elle seule devra assurer un semblant de remboursement des frais médicaux, ce qui est une aberration. Aucun être sensé ne pourrait souscrire à cette conne...
De plus, la Hte Savoie, région majoritaire d'habitat des Frontaliers est dans une situation d'équipements médicaux déjà nettement sous évaluée pour la population française, l'Ain de son coté est un désert hospitalier total.
Les autres régions concernées moins directement, Jura, Franche Comté n'ont pas non les infrastructures hospitalières pour absorber les 169000 "affiliés". En effet, compte tenu de l'affiliation possible à l'assurance suisse LAMAL, nombreux sont les personnes qui sont suivies par des medecins suisses et qui le cas échéant sont hospitalisées en Suisse. Le CHU de Genève est d'ailleurs l'un des principaux centres hospitaliers de la région Hte Savoie/Ain.


Maintenant, en clin d’œil, une anecdote que j’ai vécu personnellement.

Retraité Frontalier depuis le 31 juillet dernier, j’ai donc fait la demande de carte vitale, comme vont devoir le faire mes 169000 ex collègues « affiliées d’office » auprès de la CPAM.

Pour une formalité qu’on désigne simple, voire d’une ‘simplicité enfantine’(selon la CPAM), il m’a fallu 5 mois pour obtenir ma carte vitale après des menaces et des courriers à toutes les instances concernées : Ministère de la Santé, Direction Générale de la SECU à Paris, Conseils Généraux Hte Savoie et Ain, Groupement Transfrontalier Européen et journaux divers.
Quid des 169000 affiliés de force ! Vont-ils la recevoir un jour ?

Plus risible encore, le ‘dernier pas à franchir’ est la fourniture d’une photo d’identité et un formulaire de confirmation de votre adresse à renvoyer à …. Rennes !

Et là, on vous stipule que vous avez 15 jours renvoyer ce formulaire et photo faute de quoi votre demande est nulle et non avenue. Reiser l’a dit : On vit une époque FORMIDABLE !

DOCUMENT  CPAM JOINT

LE BLOG DU FRONTALIER

SOURCE : Michel retraité frontalier vivant en france

Droit de réponse est ouvert à la CPAM de Haute SAVOIE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science